Revenge

Chateau du clan
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 En attendant la mort...

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Lazard
Maitre des lieux
avatar

Nombre de messages : 123
Age : 38
Objectif : En finir avec cette vengeance...
Compétence : Sans coeur
Date d'inscription : 27/05/2007

MessageSujet: En attendant la mort...   Mer 14 Mai - 21:24

[HRP]

Ce topic est déconseillé aux mineurs, âmes sensibles s'abstenir. On vous aura prevenu. il n'y a là ni apologie du crime et du barbarisme, ni de la violence gratuite. A ne jamais reproduire, cela n'est qu'imaginaire.

Après mes mises en gardes...place au RP !!

Bonne lecture.

[HRP]

_________________
Repose en paix Enoriel DarkStone.
Vanalem... Je vais te tuer...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://revenge.exprimetoi.net
Ayden
Intendant
avatar

Nombre de messages : 16
Age : 43
Objectif : Comprendre ses absences
Compétence : Double
Date d'inscription : 08/05/2008

MessageSujet: Re: En attendant la mort...   Dim 25 Mai - 19:22



Vers l’étage inférieur.
Ses pas résonnent sur les marches de l’escalier en colimaçon qui le mènent dans les abîmes du château. Après avoir traverser la grille et la cour de ce lieu maudit, il est enfin arrivé. Traverse le passage qui mènent au sous sol. Les torches donnant un air lugubre et malsain à cette descente au enfer.

Atmosphère instable…
A son arrivé, un orage se mit à éclater. On peut entendre à travers les meurtrières les éléments qui ne tardent pas à se déchaîner. Comme pour annoncer un malheur qui va se produire. Il ne va pas être long, arriver sous peu. Pour le moment, les soins de bases doivent lui être administré.

Un imprévu…
Deux inconnus se trouvaient près de la grille à son arrivé. Parait il son ami est tenu des tenants et aboutissant de l’affaire. Lui n’en sait rien. Il parait que l’une d’elle est soigneuse ou du moins, connaît les rudiments de la médecine. Il leur a dont permis d’entrer afin d’utiliser ses compétences sur la captive.

L’objectif.
Pour l’heure, la ramener dans la geôle pour qu’elle se repose en attendant là venu de celui qui doit s’occuper d’elle. Ce mercenaire n’a pas été tendre avec. S’il veut qu’elle soit encore en vie à son arrivé, il ne doit pas perdre une minute.

Le sous sol.
Le clapotis des gouttes d’eau tombant au sol à un effet hypnotisant. Reposant. Comme un métronome. Bruit régulier et calme. Contrastant avec le couinement de la vermine. Qui rappelle que cet endroit n’a rien de paradisiaque. Une odeur de mort flotte dans l’air. De quoi vous révulser l’estomac.

La porte de la cellule.
Barreaux rouillés. Ossements d’ancien locataire dans la cellule sombre et froide. Mobilier épuré. Lit sommaire fixé sur le sol. On n’est jamais trop prudent à voir certain pensionnaire de ces chambres. Il la dépose sur les planches en bois. Regarde son état. Le souffle court. Des plaies et ecchymoses sur tout le corps. Il a été vraiment fait preuve d’une rare sauvagerie celui là. Si fragile.


On est arrivé. Tu es en sécurité maintenant. Je vais m’occuper de toi, ne t’en fais pas...

Ses doigts passent sur son front pour retirer les mèches qui lui collent à la peau. Elle tremble. Comme si la peur la dévorait encore.

Revenir en ce lieu après tout ce temps ne doit pas te rassurer… Finir dans une cellule non plus. Mais…tu as choisis ton destin. Tu aurais jamais du le trahir. Tu le connais pourtant…Tu sais les conséquences d’un tel acte…

Impuissant…
Fin soupir silencieux. Il n’avait rien d’un monstre... Tuer pour une raison valable un salopard, oui. Mais pas ça…Il ne peut rien pour elle. Son ami n’est pas du genre à obéir à quiconque. Il fera ce qu’il veut d’elle…Qu’elle profite du temps qui lui reste à vivre…Il allait essayer de lui faire passer sa douleur. Qu’elle soit présentable devant lui. Il risque de ne pas apprécier de la voir dans cet état. Encore moins de ne pas la trouver là où il le pense. Il imagine déjà sa colère…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kali
Traitre
avatar

Nombre de messages : 17
Date d'inscription : 02/07/2007

MessageSujet: Re: En attendant la mort...   Mar 27 Mai - 6:05

Voilà un long moment qu’elle n’avait pas remis les pieds ici. Le château des Revenge, leur repaire, leur demeure, leur sanctuaire. Kali y avait de bons souvenirs tout de même. La première fois où elle avait quitté Castel, de cette fameuse guerre entre lui et Balian, elle s’était réfugiée ici avec Chelsey. Elle le voyait, se petit bonhomme, courir partout dans ses murs et jouer aux bandits avec une lueur de malice dans les yeux lui criant : '' Regarde maman, tuer tout les méchants ''…. Quelle ironie du sort lorsqu’ont y repensent. Aujourd’hui, un peu plus vieux, il était en sécurité avec son père heureusement.

Deux jeunes femmes les avaient accompagnées à l’intérieur, des inconnues apparemment d’après ce qu’elle en avait entendu. L’une d’elle devait revenir pour la soigner. Pourquoi celui qui se disait s’appeler Ayden voulait la soigner puisque l’os probablement de sa mâchoire cassée, c’est à lui qu’elle le devait ? Il y avait quelque chose de pas normal avec ce gars. Lorsqu’il l’avait sorti de la cave, cette prison d’humidité, il l’avait salement amochée et maintenant il était tout sucre tout miel. Elle ne savait pas quoi penser de lui. Elle en avait peur, c’était une fatalité, mais il était en tout différent de Lazard celui là.

Le maitre de Revenge était un homme cruel, sans pitié, ayant que pour seul but, l’accomplissement de lui-même. Rien ni personne ne comptait. A part cette rumeur qu’elle avait entendu un jour, elle n’était pas consciente à cause de lui, lorsque cela c’était produit mais on lui avait raconté qu’il avait perdu la tête après être tombé lourdement amoureux d’une femme fatale du nom de Ivy si sa mémoire ne lui jouait pas de tour en ce moment. Cela aurait très bien pu vu son état. Mais elle était persuadée que c’était cela. Seule cette femme avait pu faire de cet homme un humain à part entière. Un petit matin, la femme, volatilisée. Il avait retrouvé ensuite sa soif de sang, de pouvoir et d’ambition encore plus fougueusement ne s'en remettant pas de cette perte. Rien à voir avec l’homme qui la portait en ce moment dans les escaliers en colimaçon qui descendaient vers les entrailles de la demeure. Ayden semblait avoir de la classe, sophistiqué, un brin de gentillesse même. Tout cela lorsqu’il ne perdait pas la tête finalement. Sinon il devenait une vraie brute imprévisible. Elle n’aurait pas su dire lequel des deux étaient le plus dangereux après tout.

Chaque mouvement d’Ayden, qui maintenant Kali, comme un sac de pomme de terre sur son épaule la faisait souffrir. La descente se finie. Les murs du corridor toujours aussi sombres, des torches pour se guider simplement. Une lueur orange se diffusant sur les murs, dansant au son de la pluie qui leur parvenait en écho de dehors. Rien de rassurant, rien de plaisant. Un drame allait survenir, une femme allait mourir. Même le ciel en était témoin, grondant et tempêtant sa rage.

Une veille porte coulisse dans un bruit métallique, les geôles. C’était rêver de trop d’espérer revoir son lit douillet du deuxième étage…. Il la dépose doucement sur le sol d'un lit poussiéreux. Il lui retire quelques mèches de cheveux qui lui colle au visage. Elle peut voir que des ossements de certaines personnes qu’elle a probablement amener ici reste dans cette même prison. Ironie encore du sort, c’est là qu’elle va mourir aussi. Monde cruel, triste réalité, choix de vie ou encore destinée. Elle n’en sait rien en fait. Elle voudrait en finir voilà tout… Elle ne se supporte plus. Elle attrape sa main de ses doigts frêles qui tremblent.

Ayden….


Il l’observe bien que pensivement. Il est ailleurs. Elle essaye la sympathie. N’importe quoi. La pitié n’y a rien fait…. Ne reste que la sollicitude à tenter. Elle ne garde même plus espoir en tout cela. Elle a tellement mal qu’elle ne saura se défendre probablement. Malgré que l’adrénaline fasse faire bien des bêtises, elle est mal en point cependant. Elle ne croit plus au miracle….

Dites moi où il l’est qu’il mette un terme à ce calvaire…. Qu’il me tue, ensuite il aura eu vengeance…..


Il avait l’air tellement désolé de ne pouvoir rien faire pour elle. Elle ne voyait que les yeux bleus de l’homme contraster dans la noirceur. Ils auraient pu être si froid avec cette teinte mais non. Il ne lui répondait pas …. Pourquoi ? Elle se décida à le gifler pour le faire réagir. Cela allait probablement se faire mais dans qu’elle condition ? Elle jouait avec le feu, une vrai mise de sur sa propre mort. Les jeux sont fait, rien ne va plus.... Manquait que le roulement de tambour pour annoncer le vainceur qui serait forcerment elle.... Elle avait plus rien à perdre pensait t’elle de toute manière, le pacte avec le diable était signé depuis longtemps, et il portait le nom de Lazard….

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayden
Intendant
avatar

Nombre de messages : 16
Age : 43
Objectif : Comprendre ses absences
Compétence : Double
Date d'inscription : 08/05/2008

MessageSujet: Re: En attendant la mort...   Mar 27 Mai - 22:59

Comment vas t’elle ?
Il fait l’inventaire de ses blessures, de ses plaies et ecchymoses aux nombres important. C’est cette blessure aux avant bras qui l’étonne le plus. Comment est elle parvenu à faire ça ? On dirait que la peau a été rongée par ses liens. Comme si il ou elle a tenté de se défaire d’une corde. Le plus probable, mais étrange, serait qu’elle est tenté de s’échapper. Peut être est ce ainsi qu’elle est parvenu à défaire la vigilance du mercenaire sois disant compétant… Le sang à eut le temps de coaguler depuis, mais il y a urgence à la soigner. Elle est faible, tremble. Aucun duvet à lui donner. Puis son ami risque de le trouver trop aimable. Le pauvre destin de la captive le touche, il n’y peut rien.

L’attente…
Elle prend ses mains dans les siennes. Prononce son nom. Son regard est presque touchant. Que veut elle donc ? Savoir quand la fin sera ? Il préfère ne pas répondre…Lui-même ne le sait pas, à quoi bon dans ce cas mentir ? Tant que Lazard est au dehors et vu son retard, il pouvait arriver ce soir comme dans une semaine ou…pire. Il n’était pas du genre à prévenir de son arrivé. Il aime par-dessus tout le contact sanglant. Suffit qu’il est trouvé une activité pour combler sa soif, il sera pas de retour avant un bout.

Triste destinée…
Il l’observe. Le clair dans les yeux sombres de la femme. Il ne savait même pas si sa mort sera rapide. Le connaissant, cela l’étonnerait étrangement. Quelqu’un qui l'a trahit…il en fera sans aucun doute l’exemple à ne pas suivre. Il est capable de la clouer sur la porte d’entrée ou empalé dans la cour pour que tout le monde voit son pouvoir, sa détermination, son mépris de tous. Personne n’a d’importance pour cet homme, jamais quiconque n’a compté dans ce cœur de pierre à jamais mort par cette vengeance qui l’aveugle. Du moins, pas à sa connaissance.

J’aimerai faire plus…mais je peux pas…tu dois prendre ton mal en patience. A part te soigner, je peux rien pour toi…. Sois pas si pressé de mourir. Profite de tes derniers instants. Une fois qu’il sera là, tu risques de regretter sa présence…

Vaine tentative.
Il tente de lui sourire amicalement, lui faire sentir qu’il est lié, qu’il ne peut rien faire sous peine des pires abominations. Personne ne peut plus rien pour elle. Maintenant qu’elle est dans ses griffes, il n’y a qu’à attendre. Se reposer. Elle doit oublier, dormir. Ne plus y penser…Le destin choisira le moment opportun. Elle semble à bout. Son regard…une haine au fond de ses yeux. Que prépare t’elle donc ? Le bruit résonne dans le sous sol. Sa main frappe la peau de sa joue dans un claquement puissant et précis. Elle a pas ratée son coup ! Si puissant qu’une goutte de sang se mit à perler de sa lèvre gauche !

Pourquoi ?
Les yeux grands ouverts d’incompréhension. Il ne la perd pas de vu alors qu’il porte la main sur sa joue rougit par le coup qu’elle vint de lui donner. Vision instable…Sensation de peine et de douleurs. Pourquoi a-t-elle fait ça ? Comme tous ses autres auparavant… Phalange tremblante sur son visage. Passant sur son visage. Mêler le rouge sang à la sueur qui perle de son front. Etat fébrile…La geôle semble tourner sur elle-même alors que les abîmes le prennent. Qu’est ce qui se passe ? Estomac révulsé. Le cœur bat à tout rompre. Ses tempes vont exploser sous la pression...Respiration difficile, haletante. A genou devant elle, une main au sol. Tentant de se reprendre de sa douleur corporelle. De refaire surface…

Les ténèbres…
Les yeux s’ouvrent d’un mouvement brusque. Noirceur. Humidité. Odeur de mort putréfiée. Les geôles du château ! Facile. Il se relève lentement. Le regard haineux envers celle qui se tient devant lui. Ses doigts passent sur sa lèvre observant avec un rictus rancunier la catin qui venait sans aucun doute de lui faire ça. Secouant la tête de gauche à droite en signe de mécontentement.

Correction.
Il la prend par les cheveux. La soulève de sa position. Lui serre la gorge comme un animal à qui il va péter le cou de l’autre main. Son regard contre le sien. Elle semble faiblarde la garce ! C’est peut être à cause de ce qui lui a fait avant.

Je t’avais dis qu’on se retrouverait la chienne !! Enfin en tête à tête !! Cette fois si, tu vas y avoir droit !! J’suis sur qu’tu en crèves d’envie !! Approche, tu vas bientôt hurler comme une truie, j’te le promets !!! Je vais prendre bien soin de toi…


Enfin seul
Son Rire bestiale emplit la geôle, résonne contre les murs du sous sol. Plus personne pour le déranger. Enfin dans un coin peinard. Ici, elle pourra hurler à la mort si elle le veut, y a pas grand monde qui va se bouger pour une putain comme elle. C’est clair même ! Langue qui passe sur ses lèvres. Il sent déjà l’excitation pointer alors qu’il se l’imagine déjà nu contre lui. On va pas la tuer, baiser un cadavre c’est pas son truc. Il les préfère chaude. Remuante à souhait. Il aime les entendre gueuler.

De l’action !
Sa main sur sa gorge la plaque contre le mur en pierre de taille. L’autre descend sur sa poitrine pour déchirer ce qui reste de son bustier. Un geste sauvage qui laisse dévoiler une poitrine de mère. Soupir de désir…Bien gros et ferme ! Dommage pour son ventre…Pas grave ! Il sent le bon coup là ! Ses yeux pétillent d’une lueur lubrique, malsaine et sauvage alors qu’il la regarde trembler devant lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kali
Traitre
avatar

Nombre de messages : 17
Date d'inscription : 02/07/2007

MessageSujet: Re: En attendant la mort...   Mer 28 Mai - 1:19

Les yeux rivés dans le cristal de ceux de l'homme. Une bataille sans merci contre la clarté et la noirceur de ceux de Kali. Contrairement à tout ce qu'il a pu en voir depuis qu'il l'a trouvé dans cette cave infâme, où elle n'avait été que douceur, frêle jeune fille sans défense, elle devenait une terrible adversaire malgré ses plaies. Elle avait fait exprès de le provoquer. Elle voulait voir si elle réveillerait ce qu'elle redoutait, la bête qui sommeillait en lui. Elle l'observa, méchamment, elle voulait en finir. Si ce n'était pas Lazard qui la tuerait, ça serait lui mais, elle n'attendrait certainement pas de mourir de faim ou de ses blessures infectées. C'était là, maintenant, ou jamais !

La douceur dans les yeux de l'homme fait place à l'incompréhension. Il porte une main à sa joue qui enfle tranquillement, sa lèvre va perler une jolie goutte rouge soyeuse qui coule maintenant à la commissure de cette même lèvre vers son menton. Kali pince les siennes qui se blanchissent par le résultat de l'impact, elle ne l'a pas manqué ce salaud. Elle le toise encore, et encore, voyant petit à petit l'aspect de l'ange sortir d'Ayden pour faire place au suppôt de Satan. Les yeux bleus de cristal ne sont plus, disparus comme par enchantement, ils sont tellement foncés dans leur couleur qu'ont pourraient en voir le résultat d'une tornade imminente tellement le ciel c'est assombri dans cet être. Il est de retour....

Elle l'a appelé, il est venu ! Elle l'a cherché, elle va y gouter. La mort se rapproche, elle peut presque sentir les doigts de la faucheuse sur son échine et son baiser dans son cou. Elle frissonne encore. Quoi qu'elle est pensée en trahissant son clan, jamais elle n'avait pensé aux conséquences désastreuses qui s'en suivraient. Bien son problème, elle ne réfléchissait jamais avant d'agir et en payait le prix fort. Cette fois c'était prémédité, songé mais, jusqu'à quel point ? Surement pas jusque là.... Elle espérait qu'il lui tordrait le cou rapidement et s'en en serait fini d'elle...

D'une main il lui tire les cheveux, de l'autre l'attrape à la gorge. Elle soutient toujours son regard ne se débattant même pas. Elle n'attend que cela, le défiant encore davantage de ses pupilles de jais. Elle a peur naturellement, tout le monde à peur de mourir. Simplement elle n'en peu plus de cette existence. Lorsque les rêves et l'espoir vous quittent, il ne vous reste plus rien à vous raccrocher, aussi bien mourir.

Je t’avais dis qu’on se retrouverait la chienne !! Enfin en tête à tête !! Cette fois si, tu vas y avoir droit !! J’suis sur qu’tu en crèves d’envie !! Approche, tu vas bientôt hurler comme une truie, j’te le promets !!! Je vais prendre bien soin de toi…


Elle s'était trompée, l'avait mal jugé. Il n'allait pas faire rapidement le travail. Encore des souffrances à prévoir. Encore un salaud qui bâcle un travail si facile à faire. Elle aurait dû ne rien faire et se pendre avec le restant de son linge. Elle a trop honneur pour cela malheureusement et, c'est tout ce qu'il lui reste en ce moment....

Elle porte ses mains à sa gorge, ne voulant pas mourir en torture. Elle y avait déjà assez goûté avec l'autre malade dans la maison abandonnée. Bien qu'il serre, il n'a aucunement l'intention de la tuer à ce qu'elle perçoit. Il veut la faire hurler..... Mais avec quoi ? Il n'y a rien ici pour cela, ils ne sont pas dans une salle de torture. Il rit.... Rien de bon qui s'annonce.... Il la plaque durement contre le mur. Tout dans les yeux.... Un désir ? Naturellement il veut la faire hurler. Elle se méprend encore ? Elle en a confirmation lorsque le reste de son bustier déjà en lambeaux se fait tout bonnement arraché.

Son cerveau travaille à toute allure. Elle analyse tout. Hurler, il veut l'entendre jouir ? Surement pas, jamais elle ne lui donnera cette satisfaction, encore mieux crier éventrée. Cette lueur dans ses yeux de désir ? Il a envie d'elle, de la prendre, de lui faire mal ? !!! Elle a tout compris maintenant. Jamais elle n'aurait pu imaginer que cela tournerait ainsi. Tout mais, pas ça. Elle ne serait pas que torturée et assassiné mais, en plus souillée. Lazard avec accepter ça ? Il était rendu bien bas, beaucoup plus qu'elle ne l'aurait jamais imaginé. Même pas assez brave pour faire le sale boulot lui-même en plus.

Elle le voit lorgner ses seins qui maintenant, ne sont plus retenus par aucune entrave, totalement à sa porter. Elle délaisse cette main à sa gorge pour tenter au moins de se défendre. Elle ne peut abandonner la partie, l'enjeu est trop gros maintenant. Ce n'est plus mourir tout simplement qui compte mais, elle voudrait qu'il lui reste un peu de dignité. Elle mérite beaucoup plus que cela, d'après elle.

Elle lui attrape les pommettes, juste sous les paupières, de chaque côté de son visage et laisse descendre ses ongles, les incrustants dans la peau. Il est trop collé à elle, contre elle, pour qu'elle puisse lui assimiler un coup de genou ou de pied pour le moment, qu'il ne lui en laisse pas la chance cependant. Elle risque encore de l'enrager davantage mais, cette fois c'est vrai, n'a plus désormais rien à perdre.

S'il pouvait que s'écarter un peu.... Juste, un peu.... Elle siffle entre ses dents pendant qu'il tente de lui faire lâcher prise mais qu'elle résiste sentant la chair s'accumuler sous ses ongles.

Jamais….. Jamais…. Jamais….

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayden
Intendant
avatar

Nombre de messages : 16
Age : 43
Objectif : Comprendre ses absences
Compétence : Double
Date d'inscription : 08/05/2008

MessageSujet: Re: En attendant la mort...   Ven 30 Mai - 3:25

Rictus ignoble.
Après tout ce temps d’attente. Sait vraiment pas comment il a fait pour se retrouver dans les geôles, mais il s’en fout. Ce qui est jouissif, c’est de se retrouver fasse à la salope qui va la sentir passer. C’est un homme de parole. Il compte bien faire résonner son joli timbre de voix dans tout le château. Quoique…peut être il sera étouffé…Il sait pas encore. Tant de délice à lui faire subir. Comme les autres garces, il va prendre une joie sans borne à la sentir frétiller tout du long. Mais pas la tuer… Pas du tout. Un tel jouet se conserve pour les longues soirées d‘hiver.

Sauvage.
Elle semble pas se laisser faire. Le contraire l’aurait étonné. Il les préfère gesticulante, terrorisées et pleines de vie. Ca augmente son excitation avant de la défoncer comme une bête. On dirait qu’elle a l’air déçu. Peut être s’attendait elle à une mort douce ? C’est pas lui qui va lui faire cette faveur ! Jamais il a été doux dans sa vie. Nombres de cadavres pourrissant en pleines décompositions peuvent l’attester. Pendus au plafond, étripés après avoir été violentés et violés pour les garces comme elle. En plus, c’est un mets de choix ! Peut dire qui sait bien s’entourer l’autre abruti ! Pendant qu’il est pas là, Il peut jouer avec elle autant qu’il veut. Rien à foutre de tout !

Encore plus fort.
On dirait qu’elle veut la jouer sport la donzelle. Rien pour lui déplaire. Qu’elle continue comme ça, ça l’exite encore plus ! Toute façon, elle va pas aller bien loin dans cette cellule. Il profite de son corps légèrement dénué, pas encore assez pour son esprit pervers. Il se colle contre elle. Ses mains la caressent avidement. Passant sur sa poitrine à faire damner un saint. Spéciale maman qui allaite ! Un délice rare. Le regard clair sur elle. Le noir de ses yeux semble accusateur. On dirait qu’elle va montrer ce qu’elle sait faire. Elle bouge, se cambre, lui prend le visage entre ses mains. Un rictus ridicule. Elle le griffe ! Sa peau se déchire sous l’effet de ses ongles, la catin sait y faire avec les hommes de poigne on dirait !

Peut toujours espérer…
Elle hurle son désaccord. Douce sonorité cette négation. Elle peut même le supplier, ça changera pas grand-chose ! Par contre, il va lui montrer qui commende ici. Histoire qu’elle recommence plus le coup des ongles. Veut pas finir en lambeau. Il la gifle avec force. La peau claque sous la force de son coup. Ce n’est rien qu’un jouet entre ses mains. Plus de limite. Plus de retenue. Il peut enfin se laisser aller. Il prend conscience rarement de son action. Mais dans un tel cas, il excelle ! Il la prend par les bras, la jette contre le mur opposé. La regarde. Ses yeux luissent d’une lueur folle.


J’vais pas te laisser une seule chance, t’as pas intérêt à t’laisser faire !!!

Enfin à son goût.
Un Rire pervers emplit la salle. Il se dirige vers la porte de la cellule. La ferme avec rage. Le claquement est violant. Le bruit strident. La bête de sauvagerie se retourne vers le morceau de chair. Un souffle rauque. Le palpitant cogne contre sa cage thoracique. L’envie le gagne. Elle est au sol, à genou. Il la relève comme un vulgaire sac. Il va finir le travail. Elle est encore trop habillée pour lui. Son avant bras se fige sous la gorge. Faisant pression. Il la mate. Un rictus sadique sur les lèvres. Sa main se promène sur sa cuisse. Remonte lentement vers son entre jambe. Lui déchirant sa robe. Eclat au fond de ses iris incontrôlables. Le vêtement rejoint le sol dur. Ne perd pas une miette du spectacle, se réjouit de la prise de la journée. Le destin est bien clément avec lui.

Un coup de poing sur l’abdomen pour lui faire sentir sa toute puissance de mâle dominant. Elle se cambre sur lui. Il adore sentir une faible femme. Elles le sont toutes devant lui. Se coller contre elle. Ne pas lui laisser de chance. Ses mains plaquent les siennes contre le mur. Son sourire la nargue.


Tu vas me remercier après ça !! Jamais t’auras connu une baise aussi bestiale, t’vas en redemander !!!!

Elle est à moi…
Rire le prenant à nouveau. Il sent son souffle contre lui. Elle ne peut plus rien. Ses basses et vaines attaques n’ont que pour effet de lui donner encore plus de verve dans son envie, son désir toujours plus grand. Ses lèvres s’attaquent à son cou. Violement, comme un animal dévorant une proie. Une rage peu commune, mais bien habituelle à lui-même. Se colle tout contre elle, lui faire sentir sa passion malsaine. Ses deux mains relèvent les siennes captivent au dessus de sa tête. Ne laisse ce travaille qu’à l’une d’elle, alors que l’autre s’empresse de sentir sous leur paume la poitrine de la putain. Serrée tout contre sa main. Fermement, avec barbarie. Pincer le bout de ses mamelons. Lui faire ressentir ce désir qu’elle ne veut pas. Ce sentiment de concupiscence infâme qu’elle va devoir soutenir, étouffer peut être ? C’est bien là, toute la beauté du viol ! Donner du plaisir alors que l’autre ne l’accepte pas, ne pouvant s’imaginer de prendre cet orgasme coupable avec ce monstre qui va lui faire subir telle torture. Il fera tout pour ça. Il a le temps. Tant que l’autre et pas revenu. Il a toute la nuit, pour la faire hurler comme une chienne. La prendre sauvagement avec mépris et sans aucune attention. D’une main il sort une dague de sa ceinture. Lui pose sur le bout du nez. Un rictus malsain sur le visage. Un sourie pervers. A faire peur.


Ne bouges pas trop…tu risques de finir en lambeau…
chuchote t’il avec complicité.

Passe la pointe de la lame sur sa joue, la faire frissonner de peur. Descendre sur son cou, ses seins turgescents, son ventre, bientôt les cuisses rencontre la froideur de la lame. Il peut ressentir ce frisson qui la parcourt. Dégoût ? Plaisir ou peur ? Va savoir…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kali
Traitre
avatar

Nombre de messages : 17
Date d'inscription : 02/07/2007

MessageSujet: Re: En attendant la mort...   Lun 2 Juin - 3:18

Elle tient son visage entre ses doigts, ses ongles dans la chair qu'elle sent s'accumuler sous ses ongles. Aucune pitié, il n'en a pas pour elle.... Pourquoi en aurait-elle pour lui ? Des zébrures rouges, quelques gouttes de sang s'échappent où la peau était plus mince. Elle va le balafré ce salaud. S'il pense l'avoir aussi facile, va être déçu et pas qu'un peu. Elle se démène tant bien que mal pour l'écarter d'elle. Elle n'a aucune chance malheureusement, cet homme a une force qu'elle n'a pas, elle est blessée et pas lui. Avec rage une gifle, sa tête ne fait qu'un demi-cercle allant s'affaler contre le mur. Ses mains lâchent prise, elle est sonnée. Sa mâchoire lui fait un mal épouvantable. Il ne s'arrête pas là, lui prend ses poignets, qu'elle a elle-même rongé par le fer de ses liens dans la cave et, la balance contre le mur opposé. Un cri de surprise et de douleur retenti et va trouver écho dans son cachot, rebondissant dans les entrailles du sous-sol. Les plaies la brûlent et la font atrocement souffrir encore plus lorsqu'elle se retient paume ouverte contre ce mur qu'elle allait frapper de plein fouet. Elle a l'impression d'être une poupée de chiffon dans ses bras et qu'il manie à sa guise. La rage couvre la douleur, l'engourdi. Elle lève un regard de fureur vers lui qui ferme la porte dans un bruit qui la fait frémir. Plus d'échappatoire. Une cage à fauve fermée. Un est le prédateur, l'autre la proie. Pas très difficile de savoir qui joue quoi...

Elle tente de retrouver son souffle qui n'est plus qu'une mine filet d'oxygène, agenouillée au sol. Elle le voit parfaitement venir mais n'a nul endroit où trouver refuge. Il ne sert à rien de fuir. Ce qu'elle peut lire dans ses yeux, cette envie d'elle la dégoûte complètement. Elle a envie de gerber... C'est tout ce qu'il lui inspire à part cette envie de meurtre envers cet ignoble personnage. Il la relève sans trop de mal, obstruant sa gorge de son avant bras. Il la regarde, comme un morceau de viande, la bave coulant presque de ce sourire sadique. Elle sent une main ferme se promener sur sa cuisse dont elle referme immédiatement les jambes par reflex. Elle sursaute sentant sa robe partir en éclat d'un mouvement sec. Nue, totalement à la merci de ce salopard. Elle tremble de rage et de dédain.

Black out .... Noirceur total elle n'arrive plus à respirer, elle est penchée sur lui, se tenant l'estomac à deux mains, où il vient d'y assimiler un coup à lui faire perdre connaissance mais, pourtant, elle tient bon. Elle suffoque. L'air entre doucement, la douleur l'engouffre. Il ne lui laisse pas le temps de réagir et prend ses bras qu'il plaque contre le mur. Écartelée, dénudée, en proie à des spasmes incontrôlable, elle ne ressemble plus à rien. Personne n'aurait pu dire à cet instant qu'il s'agissait de Kali. Cette femme au fort caractère, dictant sa droiture et ses convictions sans détour, avec un corps presque parfait malgré trois enfantements, un visage de diablesse avec un charme qui en avait envouter plus d'un et ,fait tourner la tête à plus d'une reprise. Maintenant il ne restait d'elle que bleus, courbatures, os brisés mais, ce feu intérieur toujours animé pour le moment.

Tu vas me remercier après ça !! Jamais t’auras connu une baise aussi bestiale, t’vas en redemander !!!!


Elle le regarde avec mépris ravalant ce qu'elle aurait pu lui cracher au visage. Elle serre les dents et détourne le visage pour ne pas voir cette horrible figure plus longtemps. Elle sent ses lèvres venir lui dévorer le cou. Son coeur se serre, aucune douleur plus aigue que celle d'une femme qui va se faire violer. Elle ne ressent que celle-ci qui fait battre son organe vitale à toute allure, quitte à exploser dans sa cage thoracique. Ce serait presque une délivrance. Ses mains vont se crucifier au-dessus de sa tête maintenue que par une, pendant que l'autre commence son exploration, s'attardant sur son sein engorgé par la maternité. Lourd et ferme, un mets de choix effectivement pour un vulgaire violeur. C'est bien ce qu'il est, une vraie chiasse. Il ne mérite aucunement de respirer et elle ne peut pas se faire la joie de le lui faire payer pas encore....

Il pince un de ses tétons si fort qu'elle laisse sortir une plainte de douleur. La torture aurait été plus douce que ceci, elle en était convaincue. Il sort une dague, il s'est écarté de son cou donc, elle se retourne. Elle voit l'étincelance de la lame qui luit au bout de son nez. Le sourire qu'il affiche.... Elle le toise du regard, elle ne va pas le lâcher. Si elle peut toucher le fond de son âme par son regard.... Vaine tentative. Elle doit éveiller l'homme bon qui se cache en lui.... Elle a trouvé comme faire apparaitre le mauvais mais, le bon ?

Elle sent les dents de la lame contre sa joue, dans son cou où elle aurait aimé qu’il presse mais, à son grand désarrois il continue sa descente sur ses seins, vers son ventre et maintenant entre ses cuisses, où elle sursaute de sentir le froid du métal à cet endroit.

Ayden…..non pas ça….

Il veut prendre plaisir à un refus… Et si elle lui donnait ce qu’il voulait, de son plein gré ? Peut-être que cela aurait peine à le déminer et il la relâcherait. Elle n’a rien à perdre, ce subterfuge pourrait fonctionner. Elle se doit d’essayer. Elle n’a pas de moyen de défense contre lui pour le moment de toute façon. Elle lui sourit, enjôleur, bien qu’ironique. Elle tentait de refouler sa peine dans les oubliettes. Elle devait se montrer forte et persuasive.

Et si tu me laissais t’aider….

Une offre si tentante après tout non ? Elle pourrait participer à son plaisir. Elle espérait tellement qu’il en arrive à avoir confiance et là…. Il le regretterait. Fallait que ça fonction…. Il le fallait !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayden
Intendant
avatar

Nombre de messages : 16
Age : 43
Objectif : Comprendre ses absences
Compétence : Double
Date d'inscription : 08/05/2008

MessageSujet: Re: En attendant la mort...   Mar 3 Juin - 4:14

Qu’est ce qu’elle croit cette pute ?!! Que son regard va changer quelque chose ? Que je vais m’arrêter, lui demander pardon ?! T'vas voir si je suis influençable ! Pauvre conne !!

Rien n’y fera.
Ricane comme un beau diable. Pourquoi est ce qu’elle pense qu’elle peut le stopper ? Elle le connaît pas on dirait. N’a aucune idée de quoi il est capable ! Rien ni personne ne peut le détourner de son désire à cette instant. De sa volonté ! Une promesse et une promesse. Il tient toujours paroles, surtout quand le cul de la belle est aussi bandant. Va pas débander en si bon chemin quand même !

Le plaisir avant tout.
Le froid de la lame, elle frissonne. Il peut sentir sa peau se hérisser tout contre lui. Elle aime cette sensation à pas douter. Elle attend que ça depuis qu’il l’a vu dans la cave. Elle est simplement trop pudique ou sainte nitouche pour pas avouer que c’est son fantasme. Se faire baiser comme une garce qu’elle est dans les geôles, voila ce qu’elle veut ! Etre prise comme une bête par un homme qui sait parler aux femmes, sans aucune limite de parole ou de retenu. Elle ne l’oubliera jamais ! Tout le monde à le droit de se marrer un peu, non ? Et puis…il adore ça ! Voir la peur dans les regards. Le tremblement, le sang, les cris. Les corps qui gigotent sous la corde alors qu’il les éventre au même moment. La mort viendra plus tard... D’abords, se vider les couilles, ensuite…les réjouissances !


Ayden non pas ça…il l’imite prenant la même voix faiblarde et pleurnicheuse.

Salope !
Le sourire ne désemplit pas. L’envie non plus. Elle n’a aucune chance d’en sortir vivante. Doit juste la garder encore en vie assez longtemps pour qu’il prenne son panard. Ensuite, elle servira plus à rien. Pourra finir le travail. Tout ça l’exite ! Sa langue passe sur ses lèvres alors qu’elle semble changer d’attitude. Il la retourne contre le mur de pierre.Tire sauvagement ses cheveux noirs en arrière, voir son visage de catin. Une lueur machiavélique dans le regard concupiscent qui la mate.


Tu crois que ça change quelque chose ?!

Un mets de choix.
Il range sa lame alors qu’il lui repousse le visage contre le mur violemment. Retirant le lien de ses braies. Pour libérer son membre turgescent, le plaçant contre son bassin. Se frottant tout contre son cul ferme et rebondit. C’est que bien qu’elle est mit au monde toute une marmaille, elle est encore bandante la putain !

Consentante ou pas, c’est moi qui vais te baiser comme une chienne !! Alors prépare ta plus belle voix ma jolie !! T’va en avoir besoin !!

Le début de la baise infernal !
Ses mains se posent tout contre sa poitrine, malaxant fermement sa poitrine pécheresse. Sentant son excitation au plus haut point. Le lieu était des plus approprié. Le tonnerre gronde en fond, il peut même entendre la pluie battante à travers les fines ouvertures donnant sur l’extérieur. Les cieux eux même sont avec lui et vont l’accompagner dans sa cadence effrénée. Son bassin tout contre ses fesses. Jouant de sa bite tout contre son sexe. Son poids tout contre elle, la bloquant contre ce mur froid et humide. Il sent qu’elle a une chatte de premier ordre, un bon coup quoi !! A pas douter !! L’impatience de la sentir au bout de son gland. De la pénétrer rapidement, avec force et sans aucune retenue pour la sentir s’empaler tout contre sa virilité. Sa main descend sur sa chatte, mieux vaut préparer le terrain, veut pas blesser son organe de plaisir quand même. Fouillant avec force son intérieur. La pénétrante d’un coup sadique et profond de ses doigts pour la faire grimacer d’impatience.

T’inquiète pas, j’arrive !!!

Oh oui…
L’antre se mouille. Un sourire sadique sur les lèvres de la voir toute humide et chaude malgré ses protestations de circonstances. Elle va entièrement s’abandonner à lui. Elle va hurler son nom dans les entrailles du sous sol. Son souffle devient rauque, impatient de faire plus intiment connaissance avec la garce. Finit les préliminaires. Sa main guide sa bite tout contre ses lèvres qui n’appellent qu’au désir coupable et refusée qu’elle tente de donner. Un coup sec pour l’empaler tout contre son membre gonflé de désir. Un gémissement alors qu’il ressent ses parois serrées tout contre lui. En voila une qui va le faire jouir ! Se colle tout contre elle alors que son va et vient barbare entame un mouvement des plus sauvage. La sentir. Ressentir ce frisson qui lui parcourt le corps. Ce désir qu’elle tente de cacher. Elle ne pourra pas résister. Pousser la torture jusqu'à la faire frémir. Sentir ses tétons se dresser quand elle va jouir. Observer sa mâchoire crisper, lorsqu’elle va prendre son pied sous ses inflexions animal. Il adore ça ! Les prendre s’en leur demander leur avis. Leur montrer sa force, sa puissance, sa détermination. Tirer ses cheveux pour qu’elle se cambre contre la paroi. Accueillir au mieux cette hôte en elle.


Tu l’as sens là ?! C’est qu’un début !!!

Putain…
Rage incontrôlable. Plus rien ne peut l’arrêter. Prendre son pied. La souiller, l’humilier comme jamais personne n’a fait. Prendre sa revanche sur toutes les putes qu’il a rencontré, violé avant de les tuer, comme cette connasse qui c’est moqué de sa condition il y a des années. Etrange que certain souvenir perdure, vous marque de cette façon. Toutes les même de toute façon ! Son là que pour son plaisir éphémère. Ensuite…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kali
Traitre
avatar

Nombre de messages : 17
Date d'inscription : 02/07/2007

MessageSujet: Re: En attendant la mort...   Mar 3 Juin - 22:14

Erreur !!! Le tintement se fait dans sa tête, le signal d’alarme résonne tout autant que sa tête lorsqu’il la retourne et la plaque salement contre le mur. Elle s’est trompée, son subterfuge, ignoré. Il n’est pas assez dupe pour tomber dans un piège aussi grotesque. Kali aurait du y penser mais, elle cherche en vain à trouver une porte de sortie qui ne lui est jamais accessible. Pourquoi tout ça ? Tout cela parce qu’elle avait abandonné Lazard et sa clique dans un bal où ils avaient attaqués des nobles. Cela s’était il aussi mal passé pour que son Patron lui en veule à ce point ? Certes, au moins un des leurs était mort cette nuit là, les autres elle ne savait pas. Erlik…. Elle l’avait vu se vider de son sang. Cette charogne n’avait eu que ce qu’il méritait. Lazard ne s’en prenait surement pas à elle pour cela mais, bel et bien parce qu’elle les avait abandonné. Ayden devait agir de son propre chef de toute façon. Le maitre des lieux avait trop d’estime pour elle. D’accord, il lui en voulait et souhaitait sa mort mais il ne partageait jamais ses victimes, alors il était évident que celui qui lui tirait les cheveux vers l’arrière en ce moment agissait sans le consentement de son patron. Il allait en payer de sa vie cette raclure elle y veillerait avant de mourir.

Tu crois que ça change quelque chose ?! Consentante ou pas, c’est moi qui vais te baiser comme une chienne !! Alors prépare ta plus belle voix ma jolie !! T’va en avoir besoin !!


Elle le sent derrière elle qui s’émoustille et se déshabille. Elle serre les dents et encore plus les fesses lorsque par malheur elle sent cette horrible chose qui lui servait de masculinité se frotte à ses fesses rebondis et encore très fermes pour une maman. Le profile de son visage est écrasé contre les parois du mur froid. Elle a la tremblote. Elle s’échappe dans ses pensées. Elle ne veut pas le sentir, ne pas le voir, ne pas être là dans ce corps lorsqu’il prendra possession d’elle.

Pourtant, il est bien là, tout son poids contre elle, il délaisse ses poignets pour prendre ses seins qu’il maltraite sauvagement. Le dégoût encore, et même si elle voulait lui assimiler un coup, elle est bloquée contre le mur. Elle n’a aucun espace pour se débattre. Il a tout prévue le salopard. Une main expérimentée et bestiale se plonge entre ses cuisses. Elle frémit et resserre les jambes du mieux qu’elle peut mais cela ne suffit pas. Sèchement, il entre deux doigts en elle. Elle gigote mais il appuya encore plus son corps contre le sien. Les pleurs coïncident avec la pluie qui se déverse. Silencieusement, elle lui offre son opposition dont il ne tiens absolument pas compte. Elle refoule ses plaintes, aucune importance, il n’arrêtera plus à sentir ce membre si érigé qu’il est pire qu’une barre de fer impliable. Il a une telle envie d’elle qu’elle ne peut qu’abandonner et livrer combat contre son subconscient. Elle ne veut pas se rappeler cela. Son esprit vagabonde vers les méandres du passé.

Castel qui l’a caresse doucement, une douce chaleur qui l’enivre. Elle a envie de lui. Son antre de délecte de ses doigts qui la fouille doucement avec compassion et tendresse. Une main sur ses seins qui la cajole, ses lèvres contre sa peau qui en redemande d’après ses frémissements. Son sexe près à la prendre dans une douceur infini. Mmmm ….

Un coup de tonnerre, la réalité en plein fouet. Elle est de retour.

NOOOOOOOONNNNNNNNNNNNN !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!


Il a gravi les résistances. Il l’a empalé bestialement. D’un seul coup. Son gland a forcé les portes de sa muraille qui n’avait plus aucune défense. Elle avait mouillé par la seule pensée de son amour perdu maintenant. Il en avait profité le salaud et maintenant elle pouvait sentir cette abominable chose en elle, son souffle dans son cou rauque près à la dévorer. Le cri ne l’arrêterait pas. C’est comme ça qu’il la voulait suppliante et offerte malgré son refus, il prendrait ce qu’il voulait d’elle point finale. Elle n’avait plus rien, tout perdu. La seule chose qui lui resterait et qu’elle pourrait apporter avec elle dans la mort était sa dignité et même ça il venait de la lui retirer.

Tu l’as sens là ?! C’est qu’un début !!!

Elle se débat comme une vraie diablesse pour le faire sortir d’elle. Se bras cherchant à provoquer un coup, sa chute même si elle pouvait mais, toute la force dont disposait son tyran ne lui laissait aucune chance. Il para à toutes ses tentatives y prenant même un malin plaisir, son envie s’accentuant. Elle pouvait le sentir par le frottement de son membre contre ses parois qu’elle resserrait pourtant. Il la chahutait sans merci, voulant provoquer en elle une morsure au vif. C’est bien ce qui se produisit mais sur sa lèvre. Elle ne voulait laisser échapper aucun son qu’il pourrait prendre comme un gémissement, pour lui donner encore plus de satisfaction. Non elle ne lui permettrait pas de prendre ce qui avait été réservé jusqu'alors à son amour.

Noooooooonnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnn !!!!!!!!

Tout silencieux cette fois cet objection, que dans son esprit. Sa lèvre inférieure mordue au sang. Elle goûtait cet effluve à l’arôme si particulière qui suintait sa bouche. Ailleurs…. Être à des milliers de kilomètres de là, c’est ce qu’elle souhaitait. Et ce malade qui n’arrêtait pas de prendre son pied….. S’en fut trop….Elle n’avait pas mangé depuis un moment mais, la bile qui résidait dans son estomac gravit rapidement le long de sa gorge et déboula de ses lèvres. Sa révulsion avait porté fruit. Elle se vomi les trippes.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayden
Intendant
avatar

Nombre de messages : 16
Age : 43
Objectif : Comprendre ses absences
Compétence : Double
Date d'inscription : 08/05/2008

MessageSujet: Re: En attendant la mort...   Jeu 5 Juin - 23:24

Elle est bonne !
Elle frémit à son contact. Geint. Pleure. Un coup d’enfer, il le savait ! Quoi de plus excitant que sa gesticulation vaine ? Il aime les voir soumises à sa force. Incapable de résister. Les prendre avec sauvagerie, sans aucune pitié. Pourquoi il en aurait ? Jamais personne ne l’a fait pour lui. Même l’autre connasse s’est foutue de lui. Toutes les mêmes. Alors le traitement sera identique. Elle finira pendu par les tripes de la cellule. Mais c’est pas encore le moment... Il a beaucoup à lui faire découvrir. Vu comme elle gesticule, va prendre son temps avec.

Continue comme ça.
L’excitation est à son comble. Cette putain lui met le barreau. Sa façon de chialer. Ce hurlement qui résonne contre les murs de la cellule ne fait qu’accroître son plaisir. Se sentir le maître de son corps. La dominer, l’enfiler comme une bête. Une sensation exquise, rare. Pas de remord, il en a jamais eu. Toute façon, il a la mémoire qui flanche assez souvent. Se souviendra sûrement plus après. Autant profiter de ce moment.

Les femmes…
Elle dit non, mais son cœur dit oui. L’accueillant dans une chatte bien visqueuse, facilitant sa pénétration en profondeur. Elle aime ça !! Pour un peu il la transperce ! Le pilonnage se poursuit. Bestiale. Barbare. La bloquant tout contre son corps en rut et le mur. Il en profite comme un salaud. Elle se retient, il le sent. Sa peau frissonne. Elle vibre à son contact. Veut pas se l’avouer, mais elle prend son pied la garce. Il va lui faire tellement de mal, qu’elle va plus pouvoir se contenir. Observer ses symptômes…

Encore !!
Son mouvement redouble contre son antre. De plus en plus fort. De plus en plus profond. Lui faire sentir toute la longueur de son membre. Le durcir à chaque coup en elle. Qu’elle goûte chaque centimètre de sa bite qui ne veut qu’une chose. Lui laisser au travers de la gorge. Qu’elle oublie jamais ce qu’elle est en train de vivre en cet instant magique.

Pas assez d’estomac ?
Putain de sensation bandante sur son gland. Femme ferme autant que ses parois humides. Un régal pour lui. Qu’est ce qui lui arrive à la garce qu’il est en train de se farcir ? Son corps tremble. Rejetant une substance noirâtre de sa bouche. Elle pense vraiment que ça va l’arrêter ? Il se retire dans un gémissement…Doit stopper son mouvement. La retourne. Regard noir sur elle. Prendre ses joues contre ses mains. Serrer le plus fort possible. Lui faire comprendre en un geste sa rage.


Tu crois que tu vas m’arrêter avec ça ?

En faut plus que ça…
Sourire sadique à son attention. La rejette au sol comme un vulgaire morceau de viande. Il la matte dans toute sa nudité. Elle a vraiment un cul à faire bander n’importe quel gars. Il va la finir en beauté. Son corps se jette contre le sien. Loin de l’étreinte amoureuse. Poser tout le poids de sa carcasse entre ses cuisses. Sentir sa haine. Sa honte. Il va lui prendre ce qu’il lui reste. Dignité, pudeur...Cette fois pas de préliminaire. Le membre gonflé d’envie se jette au travers de ses lèvres sèches. Gémissement de douleurs mêlé aux plaisirs de sentir cette sensation de douloureuse pénétration. Comme un animal. Un bestiaux dont il a rien à faire. Continuer encore et encore. Voila déjà que vient la preuve de son plaisir honteux qu’elle ressent. Les mouvements se font plus ample, accompagné de tout son poids. Aucune limite. Elle est là que pour ça. Pas lui laisser une chance.

Dure réalité.
La regarder dans les yeux. Lui montrer son dédain. Le pied qu’il est en train de prendre. C’est qu’il vient à peine de commencer. Il en a pas encore fini avec elle. Même si son visage et taché de sa régurgitation, il en a rien à foutre. Il va continuer à la baiser et plutôt deux fois qu’une ! Elle va hurler, tant qu’il entendra pas un son, il va la prendre comme une chienne qu’elle est. Il a assez d’imagination pour ça…


Je vais te faire jouir putain de chienne !! Tu vas hurler j’te le garantis !! Allez viens, c’est bon ça !! Tu me sens mieux là ?

Au sol, c’est bien aussi.
Mouvement accompagnant les paroles. Jamais elle a du se faire baiser comme ça. C’est pas son amoureux qui devait lui faire ça. La baise tranquille pleine d’attention, connaît pas. Un monstre de perversité, d’égoïsme, de sadisme ! Encore et encore, c’est le mot ! Son souffle rauque. Son haleine tout contre elle. Se rapprocher de la garce. De son corps. Sentir ses frémissements. Ses débattements qui ne font qu’accroître sont plaisir. Il veut l’humilier. Qu’elle chiale sa mère cette conne ! Qu’elle se coupe la langue tant elle doit se retenir pour pas jouir devant lui. Il est pas con. Il sait comment leur corps réagit. Il voit ce qui se passe en elle. PLUS FORT !! Il va y arriver.


C’est pas encore fini ma grosse, je fais te la mettre jusqu'à ce que tu en crèves !!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kali
Traitre
avatar

Nombre de messages : 17
Date d'inscription : 02/07/2007

MessageSujet: Re: En attendant la mort...   Mer 11 Juin - 5:48

La tête contre le mur de pierre froide, le haut-le-coeur non contenu qui se rependait à ses pieds. Kali avait touché le fond malheureusement. Elle ne se sentait pas mieux, c'est pourtant ce qu'elle avait espéré en régurgitant de la sorte Sa trachée la brulait, l'estomac comprimé comme jamais, mais rien de tout cela n'était la vraie cause de sa douleur. Bien qu'Ayden ait arrêté momentanément ses coups de butoirs sauvages, il demeurait toujours dans son dos. Il l'écoeurait, rien à rajouter à cela.

Comme lisant dans ses pensées il la retourne. Le regard qu'il lui lance, noir et malsain. Elle le soutient bien qu'elle n'ait qu'envie de lui cracher au visage encore.... Il est enragé, elle le sent bien lorsque d'une main il lui prend les joues et serrent fortement. Il est en colère ? Elle n'en a rien à faire !

Tu crois que tu vas m’arrêter avec ça ?

Elle ne contrôle plus ses réactions, le fâcher davantage, l'amadouer, tout ne devient que confusion à son esprit. La seule chose qui demeure en elle, c'est un souhait. Mourir.... C'est tout ce qui lui fait envie. Elle ne veut pas le laisser gagner mais, elle n'est toujours pas de taille contre une charogne telle que lui. Elle ne réfléchit pas, cela lui demanderait trop de constance et elle n'en a pas. Ce qu'elle veut faire depuis le début se fait. Elle lui crache au visage, la salive allant dégouliner sur son nez et terminer sa course sur sa joue. La colère d'Ayden éclate, il l'a jette bestialement contre le sol.

Ce n'était rien pourtant, qu'un simple dégoût se rependant, lui démontrer que c'était lui qui lui occasionnait autant de dédain. Son épaule va cependant cogner le sol de la geôle férocement. Elle ne ressent même plus la douleur, son corps complètement engourdi par autant de sévices depuis plusieurs jours. Il va peut-être se lasser, elle ne va pas lui donner ce qu'il veut. Elle se retourne sur le dos, les coudes ancrés dans le sol, elle se pousse de ses pieds s'éloignant doucement de lui tout en l'observant. Il l'a voyait s'enfuir bien, qu'elle ne peut pas aller très loin, elle n'a pas le temps de se retourner, de se lever, pour prendre une plus grande distance entre eux qu'elle le sent s'étendre de tout son long sauvagement sur elle.

Elle se débat, les bras fendant dans tous les sens, un simple moment de répit, est-ce trop demander ? Pour lui, certainement. Il n'en a pas fini d'elle. Elle tente de l'assommer, de le frapper, peut importe du moment qu'elle arrive à ce départir de lui. Il lui empoigne les épaules qu'il tient fermement contre le sol et d'un mouvement sec refais le cheminement de la possession de son corps. L'humidité qui avait existé c'était évaporée. Les parois de Kali, sèches, sont déchirées par ce membre qui lui n'avait en rien perdu de sa splendeur. Des plaintes sourdes s'échappent de ses lèvres. Elle n'a pas su les retenir. Elle voit le visage d'Ayden sourire. Le sale chien, il adore ça. en plus. Elle tente de le repousser de ses pieds tout contre ses cuisses, peine perdue. Il lâche ses épaules et s'appui, les mains contre le sol, pour encore plus d'ampleur dans ses mouvements dégradants. Il soutient son regard pour lui montrer qui est la maitre, de la situation actuelle, c'est bien lui, aucun doute !

Je vais te faire jouir putain de chienne !! Tu vas hurler j’te le garantis !! Allez viens, c’est bon ça !! Tu me sens mieux là ?

Elle détourne le visage, ne voulant plus voir cette gueule qui la dégoûte autant. Elle tente de le repousser ses mains le pinçant au niveau du torse, se raccrochant à n'importe quel morceau de peau pour lui faire mal. Plus elle tente, plus il redouble d'ardeur, la baisant comme une chienne, sans arrêt, sans compassion. Il va finir par la défoncer, c'est probablement ce qu'il souhaite. Il l'a veut jouissante. Elle se refuse à se laisser aller dans les sphères de l'orgasme. Elle ne veut pas le laisser gagner, elle ne peut pas. Pourtant, ce refoulement s'hardit en elle. Jamais personne n'a une telle possession sur elle, même elle-même possiblement.

C'est pas encore fini ma grosse, je fais te la mettre jusqu'à ce que tu en crèves !!!!

Elle tente le tout pour le tout. Elle se sent sur le point de défaillir. Sa seule possibilité est la suivante.... Elle réussi à lui agripper la tête de ses deux mains. Elle enfonce ses pouces dans ses yeux. Elle va les lui crever à ce salopard. Son visage sera le dernier qu'il verra. Dans un élan, sans réfléchir, pressant encore plus de ses doigts, elle lui envoit un coup de tête en plein front espérant l'assommer une fois pour toute.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayden
Intendant
avatar

Nombre de messages : 16
Age : 43
Objectif : Comprendre ses absences
Compétence : Double
Date d'inscription : 08/05/2008

MessageSujet: Re: En attendant la mort...   Lun 16 Juin - 19:21

Elle aime pas ?
Elle a vraiment tout essayé. A croire qu’elle aime pas le sentir en elle. Lui se marre. Un sourire satyrique se dessine sur ses lèvres à cette seule pensée. Voila bien une chose qui le conforte dans sa barbarie sauvage et sans borne. N’avoir rien à foutre de l’autre. Ne faire que ce que ses pulsions lui dictent. Se laisser aller comme à chaque fois. Il est là pour le meilleur et encore plus s’il faut !! Qu’elle s’impatiente surtout pas ! La suite risque d’être bien plus sanglante.

Une vraie tornade !
La catin se laisse pas faire, lui crache à la gueule, se démène de plus belle. Elle fait tout pour qu’il craque, la tue avant d’avoir put entendre le rossignol hurler de plaisir. Il est pas con, il se laisse pas abuser. C’est pas la première, ni la dernière connasse qu’il prend de force. Il a toujours eu du mal à se retenir seul, face à un volcan. Il aime la force, la brutalité, capable de tout, incontrôlable. Rien ne l’arrête, RIEN !! Mais ça elle le comprend pas encore. Qu’elle gueule un bon coup, qu’il puisse se vider sur elle. Ca, ça va marcher ! Tant qu’elle émet pas un son, il la baise, à mort s’il le faut !

De l’imagination…
Quand il la voit dans cette position la rigidité ne fait qu’accroître. Il a le barreau, c’est le cas de le dire. Il a qu’une pensée en tête, la prendre dans tous les sens, par tous les orifices possibles et imaginables. Quoiqu’il prendrait pas de risque à lui faire goûter son gland. Risque de finir eunuque. Il pourrait lui péter les dents… Laissons ça de coté. Y a encore tellement à faire avec elle et son corps ! Elle pourra pas se retenir encore longtemps. Déjà il l’entend se retenir comme une chienne qu’elle est, quand il la pénètre à sec. Elle aime souffrir, il le sait. Il sent ses choses chez les putains de son espèce. Elles veulent la sentir le plus férocement possible. Comme une bête en rut, rendu folle par l’excitation, qui ne s’arrête qu’une fois vider de son désir de chair.

Une tigresse ?
Elle lutte comme une diablesse. Les mains, les pieds, les jambes. Il est bien plus fort, plus déterminé. Chaque mouvement lui redonne la possibilité de la transpercer encore et encore. Exquise sensation de sentir son membre aller et venir dans son antre de plaisir qui ne demande plus que ça. Elle peut faire ce qu’elle veut, son corps est en train de prendre son pied ! Quelque instant…bientôt elle sera en train de jouir comme la pute qu’elle est. Toute façon elle en a autant envie que lui. Elle joue les farouches pour augmenter sa faim. Elle sait ce qu’elle fait. Son regard clair ne la quitte pas. Le sien semble si implorant, presque pitoyable…elle veut qu’une chose ! Qu’il continue !! Jouer la larmoyante sert à rien ! Il va l’enfiler, point ! Amplifiant ses mouvements de fauve pendant que ses yeux font passer sa soif, son mépris pour la femme qu’elle est. Un sac à foutre, rien d’autre ! Sa convoitise, son incontrôlable personne, le monstre est en liberté et rien ne le fera disparaître !

Fini la gentillesse !
Son ardeur devient de plus en plus violente. Elle est au bord de l’orgasme. Elle veut pas hurler devant lui, joue les prudes, les saintes nitouche. Il lui montre qui est le maître. Celui qui domine, qui va se répandre en elle dans quelque instant. La fureur du désespoir la prend. Cette salope va jusqu'à lui enfoncer les doigts dans les yeux. Lui donner un coup de tête sur le visage. Le nez éclate dans un bruit de craquement sinistre. Une gerbe de sang vient souiller le corps de la chienne en chaleur. Les yeux ont du mal à s’ouvrir. Un hurlement, un grondement alors qu’il se lève le regard fermé. Un geste automatique, un coup de pieds sur le sac à viande au sol, avant de se retirer en arrière. Les mains sur le visage. Le sang dégouline de son appendice. La douleur la plus lancinante provient de ses orbites en feu. Le cri rauque se poursuit. De toutes ses forces, il hurle sa douleur en se tenant les globes. Il entend la larve qui se bouge le cul. Elle doit essayer de s’en aller. Peut toujours rêver. Quelques secondes s’écoulent comme le liquide chaud sur sa peau. Un rire cristallin fait place au cri de douleur. Psychotique. Empli de folie malsaine et cruelle.


Tu crois t’en sortir comme ça ??!!!


Le début de la fin…
Secoue le visage. Le sang gicle sur le mur, le sol, elle. L’intégralité de la pièce. Une chaleur sur son nez du au coup. Ressentant cette bestialité grimper en lui. Retire lentement sa main de ses yeux. Tente de les ouvrir. Une vision rougeoyante, ensanglantée et trouble. Un bourdonnement sourd dans toute la pièce. Le rire continue de plus belle. Passe sa main sur l’œil gauche. Blessé apparemment. Cette conne à réussi à lui niquer un œil ! Le liquide épais goutte de toute sa consistance sur le sol. Donnant une image apocalyptique à ce visage teinté de l’ange des ténèbres. De la noirceur de son âme. Sa vue est mauvaise du au sang sur ses yeux clairs. Du mal à respirer. Elle a réussi son coup ! Il se dirige vers elle. Encore heureux qu’elle est faible. Qu’elle respire comme une truie après la baise qu’il vient de lui fournir. Un goût oxydé sur le palais, s’abreuvant de son propre sang. Il la voit. Elle court vers la porte de la cellule. Chancelante, pantelante. Entièrement nu, elle tente d’ouvrir la porte. Si elle était moins apeurée, elle verrait la clef de l’autre coté de la serrure. Il l’a rattrapera toute façon. Où qu’elle aille, il a pas fini !


Je vais la tuer cette pouffiasse !! Elle a encore de la chance que je bande comme un salaud après ce qu’elle vient de faire !! Je vais t’la faire hurler !! Ca va résonner dans tout le château !! Vont tous croire qu’on égorge une truie !! T’vas pas t’en tirer comme ça !! J’te le garantis !!!

C’est beau de rêver !
Il se marre de ce bruit métallique, de sa tentavie à ouvrir la porte, se gausse de la voir si pitoyable. Pauvre créature qui veut s’en doute se barrer. Pauvre créature qui va encore la sentir en elle. Vais la faire pisser un peu le sang. Elle va payer ce qu’elle lui a fait. Se jeter tout contre elle et les barreaux froids de la cellule. Collant tout son poids contre elle. Tirant sa tignasse en arrière. Posant son corps tout contre le sien.


Je vois que tu aimes te faire prendre par derrière...ça c’est pour tout à l’heure !! Tu vas regretter ce que tu viens de faire !! Crois pas que je vais abréger notre petite entrevu…je m’en voudrais !

Il faut payer.
Le rire résonne tout près de son oreille. Tapant tout son corps contre les barreaux en acier. Une fois, deux, trois…elle va pas s’en tirer comme ça. Exercer une pression sur sa tête contre le métal.


J’t’éclate la tête d’une main si j’veux…mais pas encore…on a pas fini toi et moi. HEIN ?!!

Encore plus dure.
Ses pieds repoussent ses jambes de part et d’autre. Bien la faire écarter pour la pénétrer tout en finesse. Qu’elle ressente de nouveau toute sa rage au bout de sa queue. Qu’il arrête pas un instant. Un coup puissant sur ses lèvres sèches. Se retirer. Pas lui laisser le temps. Encore un. ENCORE !! Piocher plus fort !! Lui gémit malgré la douleurs du à ce contact d’une rare sauvagerie. Il a pas besoin de ses deux yeux ni de son pif pour la baiser. Il peut aussi respirer par la bouche. La respiration est devenue rauque. Elle l’a pas ratée cette fois. Compte bien lui laisser entravère de la gorge. Continuer de la défoncer avec encore plus de frénésie, de fermeté, de folie. Une vengeance malsaine se rajoute à l’appétit concupiscent. Une envie de la faire hurler de terreur en plus de la jouissance. De la tuer, de l’écarteler, de l’éviscérer. Que ses tripes soient à ses pieds !! Pour l’heure…se calmer…Profiter de ce qu’il reste de son corps. Se coller à elle. Carcasse en sueur, en sang, haletant, bouillonnant, cœurs battants, l’un pour vivre, l’autre pour mourir. La fin est proche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kali
Traitre
avatar

Nombre de messages : 17
Date d'inscription : 02/07/2007

MessageSujet: Re: En attendant la mort...   Mer 18 Juin - 0:02

Le coup est ahurissant, le bruit d'éclat de l'os de son nez retenti comme une satisfaction à ses oreilles malgré que le choc soit brutal contre sa tête. Des étourdissements s'ensuivent, aveuglement momentané, pendant qu'il se retire brutalement d'elle. Petites étoiles devant ses yeux, le sol bouge durement. Un liquide visqueux se repend contre ses seins et son ventre. Elle regarde plus attentivement pour découvrir le sang d'Ayden, qui on le dirait presque hémophile en ce moment. Il pisse carrément le sang sur elle. Il hurle, les yeux fermés, ses mains à son visage. Elle l'a eu ! Enfin.... C'était la chose à faire. Elle retrouve ses esprits. Il est enragé, avant de s'écarter, il lui assimile un coup de pied pour la faire perdre haleine et avoir le temps de retrouver un peu de lueur pour lui. Elle le voit venir, elle n'a pas le temps de s'éloigner complètement et happe son genou bien que faiblement. Elle se le prend à deux mains. Heureusement qu'il n'avait pas pleine capacité, il lui aurait éclaté la rotule sinon. Un petit moment à reprendre haleine. C'est le moment ou jamais encore. Tout est joué ici, elle n'aura pas une autre chance.

Kali tente de se relever, un regard vers celui tente d'ouvrir en vain les yeux. Elle bouge sur le sol, rampe, trouve appuis et arrive à se lever. Un autre coup d'oeil sur son violeur, il a les yeux ouverts et tachetés de sang. Le nez cassé commence déjà à donner ombre à ses yeux. Il a le visage en sang. Elle est affolée, il reprend trop rapidement ses esprits. Il tourne la tête et la cherche du regard. Elle voit qu'un de ses yeux a des difficulté, un liquide bizarre s'étend contre sa joue. Elle lui a crevé l'oeil.... Il en gardera surement des séquelles à moins qu'il soit immédiatement soigné. Tant mieux charogne ! Si tu peux te vider de ton sang, elle apprécierait aussi.... Pas le temps de dire oufff... le voilà qu'il tente d'avancer. Elle clopine, son genou ne supporte pas son poids, elle tente de courir mais difficilement vers la porte refermé sur la liberté. Vite... vite... vite !!!!! Elle y est enfin...

A bout de souffle, elle tire sur elle. Elle ne veut pas s'ouvrir. Elle est gauche, elle tire, ses poignets sont trop faibles, elle n'y arrivera jamais. Le tintement de ferraille qui ne veut pas céder. Elle peste contre la grille. Elle se retourne, il est là. Elle hurle à s'époumoner. Étirement de cheveux une nouvelle fois vers l'arrière. Il n'a pas autre chose à quoi se raccrocher. Il les prend comme balancier et son visage s'écrase contre les barreaux, encore, et encore... L'os de sa joie déjà fracturé est en des milliers de morceaux maintenant. La douleur devient trop aigue. Elle va perdre conscience. Elle se sent partir, de nouveau sombrer dans l'oublie....
Son corps est mou comme un pantin, il lui écarte les jambes sans qu'elle en est réellement conscience. Lorsqu'il la ramène contre sa prison de métal pour la reprendre, elle revient doucement à elle. Elle cherche où elle se trouve. L'horreur se lit dans ce visage que personne ne voit. La détresse fait vibrer son corps. Le salaud prend ça pour de l'excitation et s'enfonce en elle sans pudeur, toujours aussi durement, aussi bestialement. Il n'a aucune conscience ce connard. Se retire complètement d'elle et recommence, enchaînant toujours plus fort, plus brusque. Elle tape littéralement contre les barreaux de sa cage. Ses seins s'écrasent contre, son visage également. Elle attrape deux barreaux entre ses mains, les maintient si fermement que ses jointures blanchissent. Il gémit de plaisir, elle en peu plus de la sauvagerie dont il fait preuve. Il a peine à respirer tellement il prend son pied. Elle frissonne de cette malsaine présence contre elle, toujours àla butter plus durement. Un coup, un plus puissant que les autres, il la défonce d'une façon si barbare. Elle cri.... C'est ce qu'il voulait.... Elle n'a pas jouit mais, il a gagné. Tous les symptômes sont identiques, son corps parsemé de tremblements, le hurlement émit de douleur et déception. Il a eu encore plus que ce qu'il désirait finalement, l'anéantissement d'elle. Elle le sent pointer de satisfaction, elle le sent sur le point de l'orgasme. Chaque coup qu'il lui offre lui donne une douleur intérieure maintenant. Elle gémit de souffrance, lui pensant qu'elle prend son pied. Elle est haletante, elle a son coeur qui lui fait mal. Les larmes ravages son visage bien que toujours il ne les voit pas. Il en a cependant surement conscience par les saccades de son corps qui tente d'étrangler les sanglots dans sa gorge.

Elle le sent se tendre, il va éjaculer. Il se crispe derrière elle. Il colle plus encore son corps contre elle, elle percute de nouveau le fer. Il prend appuis contre ses mains qui encerclent toujours les barreaux. Il est trop près de sa bouche. Elle ne résiste pas et le mord au niveau de la main, entre le pouce et l'index jusqu'au sang. Peut importe que ce soit la fin ou non, il a gagné, elle a perdu. Plus rien ne l'habite, plus rien ne réside en elle autre que la souffrance.... autant du corps que de l'âme....

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayden
Intendant
avatar

Nombre de messages : 16
Age : 43
Objectif : Comprendre ses absences
Compétence : Double
Date d'inscription : 08/05/2008

MessageSujet: Re: En attendant la mort...   Mar 24 Juin - 18:27

Tu la sens ?
Il la sent vibrer en lui alors qu’il la défonce. Cette pute est en train de prendre son pied tout contre lui. Tout est là pour indiquer qu’elle aime ça. Tout est là pour indiquer qu’elle le sent en elle. Soubresaut, mouvement de son corps. Elle a jamais connu ça, il en est sur. Doit être bien loin de la baise fadasse qu’elle devait se taper avec son mari. Au moins là, elle sait ce que ça fait de se faire prendre comme une bête. Une chienne qu’elle est, qui va bientôt hurler de plaisir ! Il la sent fébrile. Frémissante dans tout son être. Cette salope dit non, mais son corps tient un tout autre discours, celui de la garce en elle. Elle a beau le cacher, il le sent. Lui en profite pour donner encore plus d’ampleur à son mouvement, à cette pénétration à sec qui le rend dingue. Ses gémissements se font pas des plus discret. Avec le nez cassé la respiration est haletante, rauque. La sueur coulant le long de sa colonne. Lui prend un vrai panard à s’exciter sur elle. Il bande comme jamais, durcissant à chaque assaut son membre plein de sang qui va presque éclater tellement elle lui met le barreau. Faudrait pas qu’il la tue, elle pourrait encore lui servir à se vider les couilles si l’autre tardait encore.

Bestiale !
Son corps de putain tape contre les barreaux sous ses mouvements excitant encore plus le sauvage en lui. Il sent tout son corps qui vient frapper l’acier sous ses coups brutaux. Elle se jette presque contre les barreaux. On dirait qu’elle a attendu ce moment toute sa vie. Ses mains se posent sur l’acier froid. Ne remarque pas comme elle sert, ses doigts vont jusqu'à blanchir tant elle se prépare à hurler de bonheur. Elle le retient en elle, mais elle va craquer, il le sait. Il a qu’à redoubler de barbarie. Tapant son bassin contre elle. Les jambes bien écartées elle est tout contre lui. Chaque coup l’emmène presque au bord de l’orgasme prêt à se rependre en elle. Pas avant de l’avoir entendu hurler. Doit se retenir encore un peu. Continuer encore et encore !! Reprendre une grande inspiration, la défoncer jusqu’à la mort.

Elle aime ça !!
Douce sonorité qui parvient à ses oreilles. Elle vient de crier !! OH OUII !!! Putain de salope qui est en train de jouir sous sa verve. Une motivation supplémentaire, sentant lui aussi qu’il est pas loin. Enfin elle se lâche, s’ouvre à lui. Il ressent les spasmes de tout son corps qui se jette contre son membre. Son corps l’appel, le désir, veut ressentir cette extase au plus profond d’elle. Sa bite rejoint son sexe dans une communion bestiale et sauvage. Commence à sentir son membre se contracter de plus en plus. Au bord de l’explosion. Les râles se font plus pressant, plus fort, tout contre elle. Elle la sent là maintenant !!!

Oh oui…
Un hurlement de plaisir ! Les derniers coups avant de se vider entièrement en elle. Ressentir cette chaleur qui traverse sa verge pour finir par éclater dans son gland. Il se vide en elle. Se repend de partout. Le pied !!! Le mouvement se poursuit ne pas garder une goutte pour lui. Tout lui mettre pendant que sa tête explose. Il a le vertige. Il crie, hurle de plaisir tout près d’elle. Il va poser ses mains tout contre les siennes, se cambrant pour mieux la pénétrer encore une fois. Les battements de son coeur cognent contre son thorax, il a l’impression que son cœur va exploser. Une putain de chatte, c’est le mot ! Tout ce qui faut pour plaire. La cadence se ralenti, le pouls aussi. Doit reprendre son souffle avec mal. Il tiens presque plus debout tellement il vient de jouir. Pousse des soupirs. Tente de calmer son palpitant. Il en peut presque plus. Se pose tout contre elle. Il la sent encore toute moite elle aussi. Elle a ressenti ce qu’il voulait. Elle s’est régalée. Elle a craquée. Il est heureux. Il va pouvoir passer à des choses plus sérieuses.


T’es vraiment un coup d’enfer maman…

Pauvre folle…
C’est à ce moment qu’elle lui choppe la main et commence à le mordre jusqu’au sang. La chaleur envahit sa main, sentant le liquide s’écouler sur sa peau. De nouveau la voila tigresse. Il se retire. Ressortant sa queue de son vagin, ressentant au passage une dernière fois le contact de ses lèvres.


T’as pas encore compris ?!!


Il passe sons bras sous sa gorge et commence à serrer.

Et moi qui voulais te garde pour le deuxième service !! Comme tu voudras !!

Cause…conséquence…
Il enserre son cou sous son avant bras. Coupant la respiration à la putain. Elle se débat. Tente de se défaire de son étreinte. C’est qu’elle est persévérante la salope, elle croit encore pouvoir sans sortir ? Il rit. Un rire à faire froid dans le dos. Mais va pas gâcher le travail quand même. Il relâche sa pression, la laisse retomber durement au sol légèrement dans les vapes. Il la regarde. Un sourire annonçant que ce n’est qu’un prélude. Au point où il en est, pourquoi attendre ? Il se recule, ramassant sa lame enfouit dans ses affaires. Retournant sur elle, tirant par les cheveux le corps encore inerte de la chienne souillé au milieu de la geôle. Il se pose tout contre elle. Se met comme il monte son étalon. A califourchon sur ses jambes, la bloquer. Passe sa main sur son ventre, remontant sur sa poitrine, puis sur son cou. Lui donne une baffe pour la réveiller.

J’ai pas encore fini avec toi ma grosse !! Ca risque de faire mal !!!

Je vais t’découper en cube espèce de garce !!! Tu vas ressembler à toutes ses pouffiasses que j’ai coupé en deux !! Je vais prendre mon temps pour t’saigner, je te le garantis !! Va plus rien rester pour l’autre !! Il avait qu’à se magner le cul !!!

L’apothéose !
Sa main se pose contre sa trachée, l’empêcher de se relever, de bouger. Son regard clair et d’une noirceur sans pareil. Ne la quitte pas des yeux pendant que ses lèvres se feignent d’un sourire macabre. Le tranchant de la lame se pose tout contre sa joue, descend progressivement. Un rire de dément le prend. Froid, cristallin, incontrôlable. La lame descend tout contre son abdomen. Dessinant des arabesque tout contre sa peau avec la pointe de la dague. Il va l’éviscérer, lui enfoncer la lame dans le bide. La pendre avec ses tripes ! C’est maintenant le grand finale !! Ce qu’il aime le plus !! Ame sensible s’abstenir !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kali
Traitre
avatar

Nombre de messages : 17
Date d'inscription : 02/07/2007

MessageSujet: Re: En attendant la mort...   Mer 25 Juin - 20:13

Elle l'avait pressenti. Le cri lorsqu'il l'avait défoncé sans vergogne avait eu tôt fait de l'exciter encore plus. La dureté de son membre était sans égale maintenant. Le martèlement était plus vif. Elle avait si mal. La déchirure était corporelle mais émotionnelle également. Les coups qui pro-fusionnaient encore et encore n'aidant en rien. Elle le sent se tendre, un coup encore, le bas de son ventre épousant parfaitement ses fesses rondes, il s'arque tout en s'accrochant à ses mains qui tiennent les barreaux. La délivrance chez lui se fait. Elle ressentît bien l'explosion, qui l'envahi, le râle immense qu'il relâche près de son oreille. Même plus qu'une plainte, il hurlait carrément de plaisir. Il ne s'arrête pas pour autant continuant de la prendre sans merci, sans relâche et toujours sans pudeur se vidant complètement, augmentant son divin plaisir par la même occasion. Les larmes de haines et de détresses roulent sur les joues de Kali. Il lui a tout pris, ne reste qu'un soupçon de vie en elle. Il est haletant et prend appuis encore plus sur elle, trop.... Elle ne le supporte plus ! Elle le mord au sang.....

Le gout métallique du sang envahi sa bouche. La pression de ses dents se fait dure et assurée. Comme une chienne qu'il prétendît qu'elle était, ne voulant pas lâcher son os. S'il peut se vider de son sang, sale raclure ! Elle va s'en abreuver ! Il se retire d'elle, enfin.... Il a eu ce qu'il voulait de toute façon. Maintenant qu'il la tue... Elle en peut plus, elle veut mourir. Que tout s'arrête.... Pitié !!!!! L'autre bras d'Ayden passe contre sa gorge. Elle continue pourtant la pression contre sa main. Lui fait de même et enserre son cou, elle étouffe. Elle desserre les dents, ne peut faire autrement. Le manque d'air est imminent. Elle se débat que par réflexe, elle veut que tout s'arrête. Son esprit cri silencieusement :'' Vas y .... Vas y... plus fort...!'' C'est possiblement ce que lui aurait voulu entendre lorsqu'il l'a violé mais, ces seuls mots ne lui sont destinés que pour lui ôter la vie. Elle veut en finir... maintenant .... Pitié !!!

Un grand bruit sonore, un rire qui se projette dans leur cage, démoniaque.... Elle manque d'oxygène, ça y'est tout va finir maintenant. Enfin.... sa propre délivrance lui tend les bras. Elle va la saisir. Elle va enfin mourir, tout va s'arrêter avec le dernier battement de son coeur. Elle devient telle une poupée de chiffon dans ses bras. La noirceur retentit, un voile couvre ses yeux. Il relâche son avant-bras qui la maintenait. Il ne l'a pas tué malheureusement. Elle est partie dans l'inconsciente. Elle a baissé les bras. Elle est épuisée, exténuée. Elle n'est plus rien, qu'une enveloppe meurtri, son âme à déjà quittée ce corps trop douloureux.

Elle ne sent même pas le sol lorsqu'il la laisse tomber, encore moins la douleur qui aurait dû s'en suivre lorsqu'il la traine par les cheveux. Plus aucun ressentit, plus rien, elle n'est plus là. Partie dans les abîmes de l'inconscience bien mérité. Elle respire, c'est le seul signe qui peut encore démontrer qu'elle est en vie. Elle est recouverte d'ecchymoses, de sangs plus ou moins séché, le sien et celui de Ayden. Elle n'est plus rien, ne le sera jamais plus. Même si elle survivait à tout ceci, elle ne serait plus jamais la Kali, que certains ont connu. Aussi bien mourir. Ayden peut faire d'elle ce qu'il veut maintenant, elle n'en a que faire, elle n'en a pas connaissance de toute façon....

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ombre
R.I.P
avatar

Nombre de messages : 6
Age : 49
Objectif : Servir mon employeur
Compétence : Se fond dans les ténèbres
Date d'inscription : 02/06/2008

MessageSujet: Re: En attendant la mort...   Jeu 26 Juin - 7:26

Descendre. Les enfers semblaient l’appeler. Plainte résonnant contre les murs. Son intuition ne le trompait pas. Il en était certain ! Les torches dansaient au gré des courants d’air. Le halo reflétait un mouvement rapide en tout sens. Il ne fallait pas ce faire remarquer. Descendre. Continuer. Bientôt il pourra en finir avec la brute. Se venger ! Laver son honneur. Repartir. Disparaître.

La descente paraissait interminable. Prenant toute les peines à ne faire aucun bruit. La comparse le suivait. Elle savait se rendre discrète. Fait non négligeable dans leur but de mort. La dernière marche... Un long couloir sombre se dressait devant son regard dissimulé. Se concentrer. Aucun bruit de pas vers eux. Toujours ces gémissements qui se faisaient plus clairs.

Les griffes étaient impatientes, désireuses de pourfendre la gorge de la bête. Une traque qui allait toucher à sa fin. L’issue semblait bien incertaine. Il n’était pas seul. Elle pouvait se rendre utile. Allait elle détaler devant le monstre ? Aurait elle assez de courage une fois devant lui ? Il ne comptait que sur lui. Elle n’était là que pour lui indiquer la route. A elle de se montrer utile.

Respiration calme. Ne pas se laisser emporter par la colère. Ne pas perdre la tête. Ne pas embrasser la rage comme le monstre qui en faisait sa force. Un homme haineux dont la bestialité n’avait d’égale que sa brutalité.

On pouvait apercevoir la pluie au dehors. Orage grondant, tonnant, claquant dans le ciel à chaque coup. Tout cela n’augurait bien de bon. On aurait dit que les éléments ne prévoyaient rien de bon au dessus de ce lieu qui semblait damné par les dieux. La question de savoir où il se trouvait lui importait. Il savait ce qu’il avait à faire. La récupérer. Retrouver cet employeur pour lui faire goûter le sens des convenances ! Du respect de certain ! Plus tard... Pour le moment il venait de poser le pied dans le couloir. Continuer tout droit, suivre les échos.

Il traversa une longue et haute pièce. Des reflets au centre de celle-ci. De l’eau. Il devait s’agir de la citerne du château. Personne. A part les cris et plaintes la pièce était vide. Une porte se dessinait au bout du couloir. Regard en retrait pour s’assurer de la seule présence de la comparse. Personne qui les prendra par revers. Il stoppa son mouvement une fois la porte passée.

Des barreaux. Des cellules tout le long. Les geôles…Les cris se firent plus distinct. Il put apercevoir les ombres dans la nuit. La voix du monstre arriva à ses oreilles. Il était occupé. Avec sa cible ? Quelque pas. Silence. Pas un bruit. Il se trouvait devant la porte de la cellule fermée. Clef sur la serrure. Sourire apparaissant sur son visage. Il avait attendu ce moment depuis leur première rencontre. Il allait payer tout ce qu’il avait fait. N’arrivait pas à déterminer le corps qui gît au sol. Trop sombre. Il espérait que ce ne soit pas son contrat. Il prit une profonde inspiration avant d’agir. Il était prêt. Main sur la clef. L’autre sur la porte. Prêt à la faire glisser dans une rapidité nécessaire.

Attendre le bon moment…Il tourna la clef. Poussa la porte le plus rapidement possible. L’acier grinça. Bruit de choc métallique à son ouverture complète. Il se jeta à l’intérieur de la pièce. Le monstre n’avait pas encore eu le temps de réagir que déjà il le tenait par la gorge. Pression forte sans l’étouffer. Le tirer en arrière de la cellule. Il avait du mal à contenir sa haine. Il le devait pourtant…

Il jeta le monstre au dehors de la cellule où une odeur de sang régnait. Poussa la bête contre le mur en face de la cellule avec fermeté. Un instant d’étonnement voyant le visage du monstre. Il était en sang, son œil semblait prêt à exploser. Son nez fracturé. Il avait l’air d’un démon. Son oeil brillait d’un air cruel, fou…Ne pas se laisser impressionner par ce regard.

Il frappa du poing le ventre du monstre. Mettre toute ses forces en ce coup. Il se baisse légèrement. Grâce à la surprise il réussit à le toucher sans mal. Il posa sa main sur son épaule. Le repousser, le maintenir droit sur le mur. Lever sa main létale en avant devant ses yeux enragés. Griffes jointent à quelque centimètre de son visage. Prêt à en finir. A l’empoisonner d’un geste rapide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anaeli
Traitre
avatar

Nombre de messages : 14
Age : 33
Objectif : Se surpasser
Compétence : Manipulation
Date d'inscription : 19/05/2008

MessageSujet: Re: En attendant la mort...   Jeu 26 Juin - 12:54

Elle descend marche après marche. N’est pas rassurée. Ou allait il ?! En enfer ?! Cela y ressemblait. On entendait des sons, Un cri de douleur puis un autre … La maison du diable en personne a n’en pas douter. Elle en aurait presque froid dans le dos. La lumière des torches n’aidait pas à apaiser son esprit. Sa lame reflétant cet éclat rougeoyant. Elle était sur ses gardes.

Elle le suivait. Ne le quittait pratiquement pas du regard. Anaeli restait silencieuse. Pas une once de bruit n’émanait d’elle. Elle se voulait silencieuse, personne ne pouvant s’apercevoir de sa présence. Il en faisait tout autant. Le moment décisif se rapprochait manifestement. L’ambiance devenait tendue.

Il finissait quand ce putain d’escalier ?! Elle aimait pas ça. Attendre que quelqu’un lui tombe dessus ou qu’elle tombe dessus. La belle n’aimait pas vraiment les surprises. Elle préférait les faire. Une fois aux bas des marches, un couloir s’en suivit.

Elle ne savait pas dans quoi elle c’était embarqué. Qui avait il a la fin de ce couloir ?! Elle se contenait, restant à l’affût du moindre détail, de la moindre résonance.

Manquerait plus qu’elle se perde dans ce trou à rat. Ils traversent une pièce de plus. De l’eau encore … elle en avait assez. Ses cheveux tout comme ses vêtements étaient encore mouillées. Toujours aucun signe de vie. Sauf les quelques plaintes qu’on entendait. Un dernier regard sur elle. Fallait qu’elle s’attende au pire sans doute. Comme une mise en garde.

Pas de doute possible, ils étaient dans les geôles. Ils les ont retrouvés. Sans bruit, il se retrouve devant la cellule. Se connaissaient ils ?! Aucune idée, elle verrait bien leurs échanges. Fine observatrice. Elle remarque une silhouette à terre. Mauvais présage. Que se passait il ici ?!

La main sur la clef, l’autre sur la porte. Elle se demandait se qu’il attendait pour entrée. Il n’avait pas l’air très ami, il l’aurait tout de suite dit quelque chose sinon. Alors que là, c’était comme si il voulait le prendre par surprise. D’un geste fluide et rapide, il ouvre, et n’attend pas pour se jeter sur l’homme.

Une pression sur la gorge de l’homme aux cheveux clairs. Il n’avait pas perdu de temps c’était le moins qu’on puisse dire. Elle entre à son tour. Un regard sur la personne à terre. La femme … Elle semblait en piteux état, sur le point de rendre son dernier souffle même.

Une senteur, du sang un peu partout. Elle se déplaça alors qu’elle voyait, l’homme au masque d’acier entraîner l’autre contre le mur. Elle eu le temps d’apercevoir, l’œil enfin ce qui s’emblait en être un, le visage en sang. Un frisson la parcoura. Une lutte sans merci, devait s’être déroulait ici même.

Un autre coup partit. L’avait l’air en forme le p’tit gars. Elle aurait jamais pensée ça de lui. C’est qu’il monterait presque dans son estime. Il a pas l’air d’avoir besoin de lui. Si elle voit qu’il gère plus, elle l’aiderait. Mais pas la peine de se prendre une volée pour rien. C’était pas encore ses affaires. Il le maîtrise assez bien, les griffes se lèvent …

Elle, va voir de plus près. Celle qui semblait inconsciente. Elle était ptêtre morte après tout ?! Elle devait avoir bataillée contre l’autre. Putain d’homme. Comment pouvait il ose toucher une femme ?! Il se prenait pour qui ?! Elle ne supportait pas ça. Ce genre d’épisode lui rappelait trop la mort de sa propre mère. Elle était en colère. Avant tout voir si elle vivait. Pouls faible, voir très faible. Elle se relève, joue avec sa lame, fait quelque cercle avec. Si l’autre la loupait, elle le louperait pas elle.

Ah moins qu’elle se réveille, essayer de la sauver peut être avant tout. Pour ne pas voir une vie s’éteindre. Plus importante qu’un homme à ses yeux. Elle n’avait aucun scrupule à tuer un mâle qui lui ne méritait pas de vivre …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayden
Intendant
avatar

Nombre de messages : 16
Age : 43
Objectif : Comprendre ses absences
Compétence : Double
Date d'inscription : 08/05/2008

MessageSujet: Re: En attendant la mort...   Jeu 26 Juin - 22:38

Il va voir si elle a des tripes !
Le sourire couvre tout son visage. Il ne ressent plus les blessures. Son œil, sa main, son nez, des conneries tout ça, il est dans un autre monde !! Celui de la rage, de la hargne, du monstre qu’il est. Il va la découper en deux ! Sa langue passe sur ses lèvres…lentement…il va pouvoir l’étriper comme il l’a fait à sa pute de mère ! Il rêve de ça chaque instant. C’est un de ses seuls plaisirs en ce monde. Une chose qu’il se doit, de faire goûter à ses hôtes. Une sensation étrange lorsque vous perdez vos organes et tout cela encore en vie ! Elle va bientôt connaître cet état. Plus que quelques centimètres avant que la pointe de la lame découpe son ventre. Dommage, elle est tombée dans les vapes la chienne ! Après une baise pareil, il faut fêter ça ! Une pointe écarlate apparaît sur son estomac. La lame vient de traverser délicatement son abdomen. Avec le calme et l’expérience d’un chirurgien, il allait faire une ablation de ses tripes.

Un nouveau venu ?
Il ne manque que quelque minute supplémentaire pour finir le travail. Tellement concentré qu’il a pas prit garde au bruit de la porte de la cellule qui s’ouvre derrière lui. Il ressent juste cette main ferme sur sa gorge. L’étonnement est à son comble ! C’est l’autre qui est rentré plus vite que prévu ? Dans ce cas, il risque de lui en vouloir s’il a légèrement abîmé son jouet. La pauvre garce, elle était si bonne ! Il regrette en rien son geste. Toute façon c’est pas le pseudo patron qui va lui faire peur. Il est prêt à tout ! Même à foutre le feu dans cet endroit ! Une autre de ses habitudes…Il en a tant…

Surprise !
Il se retrouve contre le mur à la vitesse grand V. Il sourit en voyant le masquer devant lui. Comment il a fait pour le retrouver celui là ? Savait pas qu’il était de la fête aussi. Plus on est de fou, plus on rit ! Encore un qu’il va pouvoir dépecer. C’est son anniversaire ou quoi ! Ca fait un bail qu’il a pas eu autant de cadeau. C’est même pas sa fête ! Il semble en rogne le nouveau venu. Il lui colle son poing dans l’estomac. Il a de la force mine de rien dans ses petits bras. Son corps se cambre sous l’effet du coup. Surprise !! Il le relève, le colle contre la paroi, lui montrant ses jolis ongles, devant ses yeux. Il s’apprêtait à le tuer.

Le combat commence…
Ayden peut pas s’empêcher d’éclater de rire. Il sent que l’autre s’impatiente. Ca le déstabilise. Il a l’air en rogne le pauvre petit. Parfait ! Ils vont s’amuser tous les deux. Il va lui faire voir de quoi il est capable ! L’œil unique traverse cette couche de métal. Il voit ses yeux malgré la pénombre. Il peut sentir le doute. Ce sera sa fin… L’autre lui lance ses ongles sur son visage. Pauvre fou !! Un simple mouvement de tête et son arme se retrouve contre le mur froid. Pendant ce temps, il voit pas la lame qu’il a en main se diriger sur ses cotes. Il secoue la tête à son attention de gauche à droite. Devra être plus vigilant à l’avenir. Tourner et retourner la lame en la retirant. Une gerbe de sang vient maculer le sol. Ca commence mal pour lui. Surtout qu’il s’en arrêtera pas là. Avec toute sa sauvagerie, il lui colle son poing sur le thorax. La respiration se coupe pour le masquer. Et oui…ne jamais lui faire face ! C’est lui qui titube cette fois en reculant légèrement. Il en profite pour frapper la plaie qu’il vient de lui faire. Le repousse avec frénésie contre la grille de la cellule avec un sourire qu’il ne veux surtout pas cacher.

Pauvre fou !
Un coup sous le menton avec toute la bestialité qui est en lui pour faire voler son joli casque qui tombe au sol avec un bruit métallique. Projeter le pauvre contre la porte de la salle de torture d’un coup sur le nez. Il semble faire marche arrière. Déjà ? Du moins, il a assez de temps pour se retourner sur la chienne. C’est alors qu’il la remarque. La langue passe sur les commissures de ses lèvres. Encore une chienne ? Le rire cristallin explose alors qu’il referme d’un geste enragé la porte. Fermant la porte à clef. La retirant de la serrure pour la jeter derrière son dos.


T’inquiète poupée, j'reviens d'suite te baiser !!!

Que de cadeaux !
Rire de dément. Il s’approche du masquer pour continuer leur petit entrevu. Jouer de la dague devant lui. Il récupère vite la saloperie ! C’est qu’il est moche en plus ! C’est quoi ce visage blafard et ces yeux rouge ?!


Ca va ton nez ?!! J’ai l'même t’inquiète !! LAISSE PISSER !! Bientôt t'en auras plus rien à foutre !!

En cube va finir !
Le rire cristallin reprend. Jouer de la dague devant son regard. Il semble plus tenir sur ses quilles. Une vraie pucelle ! Il va l’arranger pour l’éternité. L’orage vient de gronder aux dehors. Un coup tout prêt de sa position. Heureusement rien ne lui fait peur. Cela lui permet de distinguer une chaîne au sol. Voila une arme intéressante pour un tel adversaire. Il prend les maillons dans main faisant des cercles au dessus de lui même. Il a une arme à porter limitée avec ses griffes. Il arrivera pas à s’approcher à moins de perdre la vie. Il est impatient de continuer cette petite rixe. Après une bonne baise, rien ne vaut l’action, du sang, un meurtre pour se réveiller un brin !!! Il se rapproche du petit sombre. Un sourire cruel et inquiétant alors que son œil l’observe attentivement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ombre
R.I.P
avatar

Nombre de messages : 6
Age : 49
Objectif : Servir mon employeur
Compétence : Se fond dans les ténèbres
Date d'inscription : 02/06/2008

MessageSujet: Re: En attendant la mort...   Sam 28 Juin - 2:55

La bête. Ses yeux étaient devant ses griffes. Plus qu’un simple mouvement. En finir. Le tuer ! Balancer sa main qui formait une pointe le plus fort possible contre son visage. Il se voyait le transpercer en deux. Lui inoculer son poisson le plus violent. Létale ! La mort sans fin. Le monstre n’était pas une cible commune. Il avait des réflexes ! Il bougea la tête au dernier moment avant que ses ongles d’acier ne viennent frapper le mur en pierre. Des étincelles se produisirent au contact du métal contre le minéral. Son arme n’avait pas résisté à un tel choc. Inutilisable. Ne lui restait plus que le sédatif. Bien suffisant.

Il n’avait pas vu son arme. Trop impatient de le tuer. Trop sur de lui. Comment avait il put être aussi stupide ? Il venait de goûter au contre du sauvage. Un poignard transperça ses cotes. Un râle au contact de l’acier. Ressentant ce liquide chaud sur son corps. Cette sensation de chaleur, de douleur aiguë qui le prit sur son corps. Il tenta de parer l’hémorragie. Le borgne ne perdit pas un instant. Frappant ses poumons, lui coupant la respiration momentanément. La surprise fut telle qu’il en perdit le fil du combat. Il le projeta violemment contre la grille de la cellule. Les dents serrés, il tentait de se maintenir debout. De pas se laisser avoir par la rage et la force peu commune de ses coups. C’est un diable, c’est impossible... Le dos en compote d’avoir subit une telle projection. Il avait du mal à reprendre ses esprits pendant l’espace d’une seconde.

Assez pour que le malade lui assène un crochet majestueux faisant voler son masque loin de son propriétaire. Il rebondit au sol. On pouvait entendre le bruit métallique de sa protection faciale qui rebondissait. A nouveau le visage à découvert. Il fallait croire que cela allait être une habitude. Se reculer. Se ressaisir un instant. Son enchaînement avait été plus que foudroyant. Il n’avait pas l’habitude du corps à corps aussi violent. Il empoissonnait pour sa part, sans devoir se battre la plupart du temps. Mais lui…Ce n’est pas un homme… Se reculer. Quelque seconde…reprendre ses esprits. Il semblait s’intéresser à la cellule. Il avait du mal à saisir qu’il parlait à sa comparse. Il ne la voyait plus. N’avait pas entendu le bruit, pas remarqué que le monstre l’avait enfermé dans la geôle avec sa cible.

Il devra faire face. Le tuer le plus rapidement possible ou ce sera leur fin à tous. Reprendre son souffle. Ne pas se laisser aller…Il le regarde. Il avait du mal à y voir clair. Il entendait uniquement ce rire qui résonnait dans sa tête. Il avait un regard de dégoût. Venait de découvrir son état, peau blafarde, yeux rougeoyant, cheveux blancs... Il se releva bien déterminer à en finir avec ce monstre. Un bruit de tintement, accompagné d’un bruit d’air que l’en fendait très rapidement. Il pouvait sentir le courant d’air passer tout prêt de lui. Une chaîne. Il reculait devant ce lâche qui n’était pas capable de se rapprocher.

La vue se brouillait par moment. Vision trouble. Il n’avait pas droit à l’erreur s’il voulait réussir à le vaincre. Il se rapprochait de lui en plus. Il sera acculé contre la porte s’il continue. Entendant la chaîne prête à lui arracher la tête. Il dut reculer, bouger au mieux afin de ne pas perdre les dents alors que l’autre fou lui balançait la chaîne au visage. Il lui restait encore un souffle de vie. C’est dans la colère, dans un acte désespéré qu’il se jeta en avant. Avant bras pour attraper la chaîne qui s’enroula autour, heureusement protégé par une protection en acier tout de long. Lui permettant de se jeter sur le monstre qui n’avait plus de quoi le tenir à distance. Lui planta ses griffes sur son abdomen nu dans un mouvement de vengeance peu commune. Quatre étoiles orneront dorénavant son ventre. Le poison ne tardera pas à faire son office. Retirant l’arme ensanglantée pour pourfendre la joue de la bête d’un geste rageur espérant avoir réussit à le toucher profondément. Il venait de se mettre en danger aussi près du monstre. Mais avait il le choix ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayden
Intendant
avatar

Nombre de messages : 16
Age : 43
Objectif : Comprendre ses absences
Compétence : Double
Date d'inscription : 08/05/2008

MessageSujet: Re: En attendant la mort...   Sam 28 Juin - 20:01

Petit monstre !
Il ne peut s’empêcher de sourire. Imagine lui arracher la chair de son visage, maculer de son sang les murs et le sol, lui arracher les tripes !! Ca va pas prendre longtemps. Il s’approche au fur et à mesure du petit sombre. Il a pas beaucoup de moyen de se faire la malle. La porte de la salle de torture est close. Plus que quelque mètre, il va finir en pièce ! Le bruit de la chaîne se fait plus strident. Fendant l’air à une vitesse vertigineuse. La longueur était parfaite pour prendre de la force au dernier maillon. Il pourra ensuite retourner se farcir la nouvelle qui l’attend sagement dans la cellule. Après l’effort, le réconfort !! Mais d’abord, s’occuper du connard qui se tient devant lui. Lui faire bouffer ses ongles ! Lui arracher ses membres un par un, comme à une mouche que l’on torture. C’est qu’il est pas manchot ! Il tente d’esquiver avec une certaine dextérité chaque mouvement de la chaîne qui tente de le blesser. Il tiendra pas indéfiniment, la distance rétrécie. Il réagit tout à coup. Utilisant son avant bras pour parer la chaîne dans un fracas métallique. Il ressent rien ? Impossible ! Il doit avoir une protection. Ses griffes sont sûrement soutenues par un avant bras en acier. Un petit malin ! Il n’aura que plus de plaisir à le tuer. Rapide malgré les coups qu’il vient de se manger. On dirait qu’il utilise ses dernières forces. Il a pas le temps de lâcher sa chaîne que déjà une sensation de pénétration se fait sur son abdomen. Il est nu, faut pas l’oublier. La sensation est étrange. Il sent les quatre doigts sur son bide. Le salaud les enfonce profondément. Un cri à ce contact. Il a l’impression que sa panse va éclater. La saloperie a réussi à le toucher gravement. Un autre cri alors qu’il retire ses ongles. Du sang goûte sur le sol. Ses yeux sont écarquillés sous la douleur. Une sensation aigue, une sorte de mal inconnu qui semble se propager dans son sang. Il est fébrile. Ne s’attendait vraiment pas à ça. Voila qu’il lui griffe le visage. Sa tête se tourne pour éviter la main gantée, pas assez pour éviter le mouvement qu’il vient de faire. Une chaleur alors coule le long de sa joue. Il aura quatre balafres supplémentaires à ce que la chienne lui a déjà infligée. Il commence à éprouver quelque chose d’étrange...le poison…il doit pas tourner de l’œil, pas perdre pied, pas tomber par terre. Il est tout près de lui. Il ne peut que rire en le voyant en position si dangereuse. Pauvre fou…

Ce n’est pas fini…
Dans un dernier souffle d’équilibre, il utilise la chaîne pour l’enrouler autour du coup du petit sombre, un puis deux tours sur sa gorge. Resserrer le lien pendant qu’il sent encore ses forces. De toute sa sauvagerie il resserre l’étreinte, le regarde dans les yeux. L’étonnement se lit sur son visage, Son sourire ne fait que croître. Il a pas prévu ça ! Ses yeux sont révulsés alors qu’il augmente la pression sur son cou. Il imite son rictus d’étouffement, ses râles, ses gémissements, loin de la jouissance de la garce. Il s’en faut de peu pour lui trancher la tête. Il préfère lui couper le souffle quelque instant. Son visage semble tourner d’une autre couleur alors que la foudre lui permet de mieux distinguer son visage. Il tente de se débattre comme il peut. La prise est sans faille. Il a encore assez de force pour en finir avec lui. Ses tempes se mettent à bourdonner. Un bruit sourd commence à s’insinuer dans son esprit. Les premiers signes du poison. Létale ?

Je partirai pas seul connard !! J’vais emporter ma dernière victime dans la mort !! J’te garantis que tu vas rôtir en enfer !! Ca me rappelle notre rencontre, tu trouves pas ?!!

Enfin l’apothéose !
Il rit. Son adversaire tombe au sol, inconscient. Il sourit de voir le petit sombre à ses pieds. Le moment de son grand finale ! Un regard en l’air pour apercevoir une poutrelle en acier. Passe la chaîne au dessus pour pouvoir tirer le corps en l’air. Les maillons se tendent au fur et à mesure qu’il tire dessus. Elle est bien enroulée autour de son cou, elle ne lâche pas ! Il continue dans un excès de haine, de ses dernières forces à tirer sur elle. Il gigote comme un beau diable. Il attache le bout du maillon sur un barreau de la cellule et se poste devant lui. Il le regarde se débattre avec une lueur impatiente dans l’œil qui lui reste de valide. Il ne bouge plus. Du moins pour le moment. Il a l’air mort. Pas tout à fait…Il se met à la recherche de sa lame. Se postant devant le corps du cochon pendu. Un brin de nostalgie à le voir ainsi. Cela lui rappelle le spectacle de sa pute de mère et d’autres cadavres qui ont eu droit au même accès de bestialité. La lame se lève au dessus de sa tête. Encore ce bourdonnement. Il a presque du mal à tenir debout, vacille…secoue la tête. Le sang sur son visage à nouveau s’éparpille sur le sol. Il est en piteux état… A perdu beaucoup de son fluide. Mais ne partira pas sans avoir vu ce spectacle. La lame se dresse tel un scorpion qui va frapper sa cible. Dans un cri rageur se plante en dessous de son sternum, l’enfonçant jusqu’à la garde. Le corps est parcouru de spasme violant. Pas aussi mort que ça encore. Un rire cristallin pendant qu’il abaisse sa main tout le long de son abdomen, descendant jusqu’au bassin. Le sang jaillit sur son corps tant la plaie est immense. Joie. Bonheur de sentir cette odeur. De voir ses tripes qui se déversent maintenant hors de son corps allant s’écraser au sol dans un bruit spongieux.

La fin ?
Son corps est parcouru de spasme. Lâche la lame qui retombe au sol, il ne ressent plus rien. Ses jambes tremblent, ne peuvent supporter son poids. Il devient gauche. Pose un pied en arrière pour se reposer contre le mur. Il glisse sur l’immense flaque de sang qui se trouve au sol. Son corps retombe lourdement. Sa respiration se fait lente…son esprit engourdit…Il a sommeil…tellement…fatigué…se reposer…ou mourir… Qu’importe ! Le dernier spectacle en valait sa vie…un voile noir se pose sur son regard. Le calme revient dans le couloir des geôles. Le tonnerre gronde au dehors avec plus de force. Il ne remarque plus rien... Sa respiration est…faible… Son sang vint rejoindre celui du pendu…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anaeli
Traitre
avatar

Nombre de messages : 14
Age : 33
Objectif : Se surpasser
Compétence : Manipulation
Date d'inscription : 19/05/2008

MessageSujet: Re: En attendant la mort...   Sam 28 Juin - 21:19

Le salop ! Elle y revenait pas. Il l’avait enfermé. Il le regretterait ! Elle allait pas le laisser croire qu’il était le plus fort. Et qu’il puisse penser qu’il la touche un seul instant. T’inquiète gars, on se reverra. Et j’te laisserais pas m’avoir comme ça.

Un regard sur celle qui ne se réveille pas. D’un geste rageur, elle arrache un des voiles qu’elle porte autour de la taille. Il est encore humide. Pendant que les hommes se saigne autant aider la belle. Elle essaye d’enlever tout le sang sur son corps, les hématomes témoignent de ce qu’elle a du endurer. Qu’elle a souffert. La colère monte un peu plus en elle.

Elle en avait assez, se relève et jette le linge dans un coin. Elle regarde autour d’elle. Ecoute attentivement. On peut encore les entendre se battre. Elle espérait intérieurement que le blafard allait l’emporter. Pas envie de revoir l’autre se la ramener.

D’un geste, lance sa lame qui se trouvait à l’intérieur de sa manche en l’air puis la rattrape. Une idée enfin ! Elle s’approche de la serrure. Elle aurait pu y penser plutôt. Elle passe la pointe, la tourne et la retourne pendant quelque seconde. Puis le déclic. Elle sourit. La voilà libre.

Bizarre. Un cri retentit. Ranger sa petite lame et ressortir sa dague. Pointait en avant. Elle avance à petit pas. Putain mais qu’est ce qui se passait encore ?! Faisaient quoi ces deux là ?! Fallaient qu’elle aide l’autre ?! Elle s’y tenait prête en tout cas.

Après un vacarme incessant plus rien. Un silence pesant. Comme si elle était là seule encore debout à l’heure ci. Elle se sentait pas à son aise. Une odeur de plus en plus présente. Du sang comme dans la cellule. Mauvais signe.

Elle arrive devant eux. Ou ce qu’il en reste. Un spectacle macabre s’offre à ses yeux. Elle n’y croit pas. L’homme en noir est vidé, dommage elle commençait à bien l’aimer. La vue de ses organes, du pendu. Aurait pu couper le souffle de beaucoup. Elle détourna le regard. Pas besoin d’en voir plus. Ça lui suffisait … Rien que l’odeur déjà …

Une marre de sang. Ce qui la conduit a lui. Il est mort aussi ce chien ?! Ptain elle aurait bien voulu participer. M’enfin valait ptêtre mieux pour elle que non. Il est bien balafré, il s'est pas gêné le ptit copain pour lui faire des griffures.

Elle souriait. Comme quoi la vie était bien faite. Un truc la gêné, les morts pissaient pas du sang. Et lui il se déverse ?! Il foutait quoi là ?! Fallait en plus vérifier si il était bien mort ou pas ce salop. Elle se rapproche, met sa main sur sa bouche pour vérifier si elle sent son souffle.

Ptin il est pas mort. Comment ça se fait alors ?! Il nous fait un roupillon ?! Elle allait le réveillait ! Elle lui donne un coup dans les cotes avec toute la force qu’elle peut. Qu’il le sente passer ce chien. C’est que c’est glissant en plus, elle aurait pu se latter avec tout ce sang.

Bon il est pas mort donc dangereux. Elle allait pas le tuer si y ressentait rien ça serait pas drôle. N’empêche qu’il faut qu’il paye. Va pas le laisser là quand même. Il a l’air bien con comme ça nu et endormie. Elle le prend sous les bras. Ptin l’est pas léger. Le faire glisser jusque dans la cellule. Une fois chose faite, elle l’attache avec le voile mouillée laissée sur le côté. Les mains liées, sera moins dangereux quand il se réveillera.

Elle se dégueulasse les mains pour lui en plus. Ses propres mains en sang, elle se les essuie sur ce qu’elle peut. Les vêtements à terre font très bien l’affaire. Qu’est ce qu’elle allait faire maintenant. Un regard sur le captif. Un autre sur l’endormie.

Elle allait pas rester la comme une conne. Mais en même temps, si l’autre se réveillait ou si la blessée avait besoin d’elle … pas le choix. Elle se pose le dos contre les barreaux et les regarde. Pensive.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Celeste
Recherché
avatar

Nombre de messages : 24
Age : 40
Compétence : femme à tout faire
Date d'inscription : 07/02/2008

MessageSujet: Re: En attendant la mort...   Mar 22 Juil - 4:08

Les escaliers craquaient sous les pas pressants des deux soeurs. Elles venaient de quitter le hall. Les échos de l'extérieur, de l'orage, se faisaient de plus en plus lointain, oubliés par la nuit qui surplombait la bâtisse mais, surtout le sous-sol qui se découvrait petit à petit. La noirceur similaire au premier, éclairée faiblement comme partout dans le château. Aucun bruit pour le moment, que la résonnance de leur pas. L'humidité était persistante cependant, tellement que sur les murs de pierres, le fluide ruisselait ici et là en fines gouttelettes. Celeste restait tellement près de sa soeur qu'elle aurait presque pu entre sous sa jupe, une main tenant fermement la chemise de son ainée. Elle n'avait plus peur, elle se savait en sécurité près de la seule personne en qui elle pouvait remettre sa vie mais, elle se sauverait bien en courant si elle l'avait pu....

Dreidé, t’es sur que c’est une bonne idée ?

Plus un murmure qu'autre chose.Un simple signe de sa soeur pour se taire, elle écoute. Des bruits un peu plus prononcés pendant. que leur progression se faisait. Les geôles se défilaient devant eux. Les voilà arrivées, enfin. La porte était à peine entre ouverte.. Drei s'arrêta devant la grille, Celeste s'écarta doucement de son ombre pour voir ce qu'elle regardait avec autant d'insistance.

Elle découvrit l'horreur. Elle qui croyait avoir tout vu ce soir... Elle n'était pas au bout de ses peines. La jeune femme ébène, dégoulinante de sang, nue et probablement morte, sinon pas très forte.... Un homme lié aux barreaux de la cellule, en très mauvais état. Elle vit alors dans un coin du couloir un autre gisant dans une marre de sang. Et ... et une femme qui semble indemne bizarrement appuyée contre les barreaux, là muette, probablement en état de choc. Elle n'avait rien, même pas une ecchymose du moins apparente. La bouche ouverte en signe d'expression, elle tente d'entrer quand Drei s'interpose. Sa soeur voulait probablement entrer la première. L'heure est grave, il s'est passé quelque chose mais quoi ici ?

Celeste regarde Drei ne sachant pas quoi faire, elles doivent pourtant entrer, sinon elle ne pourra aider aucun d’entre eux mais le regard de sa sœur semble bien méfiant en ce moment… Elle continue de retarder le moment de les aider pourtant, chaque minute compte en cet instant critique.


Dernière édition par Celeste le Jeu 24 Juil - 7:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dreidé
Recherché
avatar

Nombre de messages : 18
Age : 39
Compétence : esclave de plaisir
Date d'inscription : 07/02/2008

MessageSujet: Re: En attendant la mort...   Mar 22 Juil - 4:28

Marche une à la suite de l'autre, dague portant au devant d'elle. Le sale con qui les a enfermé pourrait bien tomber sur elle au tournant d'un coin. Si c'était le cas, elle allait le découper en fine rondelle ce salopard. Il n'avait pas idée à qui il venait de se mesurer. Des connards de son genre, elle en dévorait au petit déjeuner. Mais pour qui se prenait-il ? Il les faisait entrer, les envoyait à l'infirmerie pour tenter de sauver une femme qui ressemblait à une vraie loque humaine et profitait de leur petit moment de '' naïveté'' pour les enfermer là ! Elle allait venger sa petite soeur des traumatises qu'il venait de lui soumettre involontairement. La rage bouillait dans les veines de la sylphide de jais.

La descente dans les enfers de la cave porta soudainement fruits. Celeste geignait derrière elle. Elle lui fit signe de se taire. Elle écoutait et observait pour s'assurer de ne pas tomber dans un guet-apens. Tout était trop calme. L'écho du sous-sol aurait dû porter voix plus loin mais, seul un léger glissement étrange lui parvenait. Elle les guida jusqu'au son. Elles débouchèrent devant la prison de la captive, mal en point. Cette dernière était étendue au sol et complètement nue. Ses vêtements jonchaient le plancher plus loin, en amas de tissus déchirés. Dreidé vît ensuite leur hôte tout autant nu et tout autant couvert de sang que sa prisonnière. Il avait passé un sale quart d'heure. L'ainée bougonna intérieurement. Elle espérait qu'il était encore en vie qu'elle puisse l'achever l'infâme fils de chienne. Son regard se surpris à voir une jeune femme qui n'avait l'air d'avoir aucun maux pour sa part. Tout ceci était bizarre. Qu'est-ce qui c'était passé ici? Et pourquoi ils restaient tous confinés dans cette cage ? La porte était entrouverte, quelqu'un aurait pu quérir de l'aide si besoin mais étrangement, personne n'avait bougé. Quelque chose n'allait pas et elle ne tarderait pas à découvrir ce que c'était.....

Lorsque Celeste voulu aller porter secours à tout ce petit monde, elle s’interposa.

Pas si vite ma belle….

Elle épia la jeune femme qui la regardait à son tour.

Qui est tu ? Avant que ma soeur vous aide, je veux voir tes mains, on est pas là pour te faire du mal mais, je ne veux aucun coup de '' cochon ''. Pour le ''ce qui c’est passé ici '', crois moi tu vas rendre des comptes ma jolie….

Elle doutait bien que la femme n’était pas à l’origine de se massacre. Même si elle avait du cran, elle ne serait pas venue à bout d’Ayden aussi facilement. Mais qu’est ce qu’elle faisait là ? Elle avait pas confiance, en personne, et encore bien moins depuis qu’elle était ici.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anaeli
Traitre
avatar

Nombre de messages : 14
Age : 33
Objectif : Se surpasser
Compétence : Manipulation
Date d'inscription : 19/05/2008

MessageSujet: Re: En attendant la mort...   Ven 25 Juil - 15:06

Le temps s’était écoulé. Combien exactement, Anaeli n’aurait su le dire. Appuyée contre les barreaux de la cellule. Elle réfléchissait. Elle allait quand même pas attendre des lunes. Ils avaient pas l’air de vouloir revenir à eux, ni lui ni elle. Cependant lui restait dangereux. Elle ne l’aimait pas et il avait voulu l’avoir. Mais au final celui qui croyait prendre et pris. Et c’était pas plus mal pour elle.

Un instant elle pensa à lui … Celui sans qui tout ceci ne serait pas arrivé. Il l’avait amené jusqu’ici et finalement était mort pendu dans cet endroit sordide. Elle ne savait même pas son nom … Se demandant si elle avait agit, quel impact aurait elle causée ? Serait-elle morte à cette heure ? Tout s’était si vite enchainé.


C’est à ce moment qu’elle entendit des pas. Ses mains se posèrent instinctivement sur le pommeau de ses dagues. Encore un homme en manque de conquête ?! Plusieurs ?! Non deux femmes lui firent faces. Elle était dans un sens rassurée. Mais ne baissa pas pour autant sa garde. Elle l’écouta. Puis avec un sourire aux lèvres, détendue, elle leur parla calmement.

Qui est tu ? Avant que ma sœur vous aide, je veux voir tes mains, on est pas là pour te faire du mal mais, je ne veux aucun coup de '' cochon ''. Pour le ''ce qui c’est passé ici '', crois moi tu vas rendre des comptes ma jolie….

On discutera quand vous aurez fait quelque chose pour elle …

Elle montra alors le corps inanimé de la femme d’un simple geste. Elle s’enfoutait de l’autre. Qu’il crève. Elle en avait rien foutre. En elle-même, la colère s’était atténuée. Après le temps passé à attendre… A vrai dire, elle ne pensait pas que ces deux jeunes étaient trop dangereuses pour elle. Mais on était jamais assez sûr.

Elle n’avait rien fait pour attirer leur colère. Certes le cadre ne s’y prêtait pas. Mais qu’aurait elle pu faire d’autre ?! Elle leva alors les mains et les pivota. Pour elle montrer qu’elle ne leur voulait rien.


Le chien là, s’pas la peine de le soigner, il en vaut pas la peine … Il dort, mais il mériterait qu'on le tue ... Quant a moi mon nom est Anaeli mais je vous retourne la question … Qui êtes vous et que faite vous ici ?

Bon sang, y avait encore beaucoup de monde dans ce château ?! Y filait franchement les ch’tons, elle aimait pas ça. Elle s’attendait même a ce que quelqu’un d’autre les rejoignes maintenant. Tant qu’elles faisaient leur possible pour la courageuse inanimé …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dreidé
Recherché
avatar

Nombre de messages : 18
Age : 39
Compétence : esclave de plaisir
Date d'inscription : 07/02/2008

MessageSujet: Re: En attendant la mort...   Ven 25 Juil - 20:47

Le sourire sur les lèvres de la femme semblaient si à l'aise que Dreidé se détendit à son tour sans pour autant lui faire confiance. Elle avait l'air rassuré de les trouver là elle et sa soeur. Le ton qu'elle employa pour leur parler satisfaisait l'ébène.

On discutera quand vous aurez fait quelque chose pour elle …

Elle n'était pas trop en position d'échanger quoi que ce soit. Elle avait du grand la jeunette. Elle ne savait pas ce que représentait cette loque humaine mais beaucoup de gens semblait ne pas vouloir la voir trépasser bizarrement. La femme survivante du carnage leva les mains démontrant qu'elle n'était pas ennemie. Drei acquiesça à sa requête et laissa passer Celeste, qui déjà, se dirigeait vers la femme inerte pour lui prodiguer les soins qu'elle pourrait.

Le chien là, s’pas la peine de le soigner, il en vaut pas la peine … Il dort, mais il mériterait qu'on le tue ... Quant a moi mon nom est Anaeli mais je vous retourne la question … Qui êtes vous et que faite vous ici ?


Drei jeta un regard vers le chien suspendu. Elle souhaitait bien sa mort également. Le salaud..... Personne ne l'enfermait pour rien. Mais maintenant qu'elle savait qu'ils n'étaient pas les seuls dans cette demeure, ce n'était peut-être pas lui mais, elle qui les avaient enfermées. Elle retourna sa concentration sur la femme, très jolie d'ailleurs. Elle aurait bien le fin mot de toute cette histoire, c'était garanti !

Ouais.... Anaeli.... C'est noté. Mais je répondrais possiblement à toutes vos questions, bien que j'aie posé la première. J'aime savoir à qui j'ai affaire avant de bavarder...

Le regard qu'elle posa sur la femme était glacial mais, surtout de méfiance. Elle voulait protéger sa cadette et n'avait pas confiance en personne dans cette pièce. Comment être serein dans une cellule remplie d'inconnus et de morts.

Bon, écoute, ma soeur Celeste que tu vois là, va soigner tout ce p'tit monde et même le crétin suspendu puisqu'à ce que j'ai cru comprendre, ce n'est pas le patron de la place mais, il a son mot à dire et moi je veux être payé en partant d'ici. J'ai besoin de lui. Et moi, je suis Dreidé. Maintenant, tu me racontes tout ce que tu sais....


Elle espérait être assez claire. Elle n'avait pas envie de se battre pour le moment. Mais si cette petite gourde la cherchait, elle aurait tôt fait de retrouver le mort gisant dans son bain de sang qui suintait d'ailleurs. Elle avait été gentille, elle avait répondu à presque toutes ses questions, maintenant, elle devait donner la répartie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: En attendant la mort...   

Revenir en haut Aller en bas
 
En attendant la mort...
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» 25 septembre 1991, Aristide à L'ONU : Liberté ou la mort !
» Jusqu'a mort s'ensuive... (Linoël, Idryl, Luna, Sanzo, Shrys
» Menaces de mort contre Wyclef Jean.
» Article intéressant sur la mort Mireille D. Bertin
» Manno Sanon est mort

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Revenge :: Sous Sol :: Les gêoles-
Sauter vers: